CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Actualités > Les acteurs sociaux et la modélisation phénoménologique


Conférence

Les acteurs sociaux et la modélisation phénoménologique

15 novembre 2010

Département Aménagement - Salle 11 (35 allée Ferdinand de Lesseps - 37200 Tours)
18h00

Intervention de Simon LAFLAMME, Professeur de sociologie à l’Université Laurentienne (Sudbury, Canada.

L’approche phénoménologique détient un quasi monopole en sciences sociales pour ce qui est des analyses de l’acteur social et de sa subjectivité. Pourtant, l’appareil conceptuel qui lui est associé est très restrictif. L’être humain doit être compris comme rationnel, conscient, intentionnel, autonome, et, de surcroît, il est entendu que cet être n’agit qu’en fonction de son intérêt. Pour cette raison, une importante dimension de l’activité humaine ne peut pas être prise en considération : tout ce qui échappe à ces catégories analytiques (le non-rationnel, le non-conscient, etc.). Plus encore, cette approche ne peut pas vraiment s’ouvrir vers une analyse relationnelle à moins que la relation soit étudiée entre des individus prédéfinis par son appareil conceptuel. Ce défaut de complexité rend difficile la création de liens entre la phénoménologie et l’analyse systémique dans laquelle la relation (et ses dérivés comme la récursivité, la dialectique, la corrélation) joue un rôle essentiel. Cette communication entend proposer une voie par laquelle les analyses systémiques pourraient se donner accès à l’individu sans transiter par la phénoménologie.

Note biographique :

Simon Laflamme enseigne à l’Université Laurentienne (Sudbury, Canada) depuis 1984 où il occupe maintenant le poste de directeur du programme de doctorat interdisciplinaire en sciences humaines. Il donne des cours de méthode de recherche et de théorie en interdisciplinarité.

Ses recherches portent principalement sur diverses questions de la communication, de l’économie et des rapports entre les populations selon qu’elles sont minoritaires ou majoritaires.

Il est auteur de plusieurs livres dont Suites sociologiques (Sudbury, Prise de parole, 2006), Homogénéité et distinction (Sudbury, Prise de parole, 2003, avec Ali Reguigui), Des Biens, des idées et des personnes au Canada (1981-1995) : un modèle macrologique relationnel (Sudbury/Paris, Prise de parole / L’Harmattan, 2000), Communication et émotion. Essai de microsociologie relationnelle (Paris, L’Harmattan, 1995), La Société intégrée (New York/Paris, Peter Lang, 1992).



Le même jour