CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Contrats > Temps et temporalités au Liban : des computs aux usages multiples des temps sociaux, XIX-XXIe siècles

EMAM

Temps et temporalités au Liban : des computs aux usages multiples des temps sociaux, XIX-XXIe siècles

Projet lauréat du programme CEDRE

Contrat débuté en 2012, achevé en 2013
Responsables : Anna Madoeuf (EMAM) et Souad Slim (Université de Balamand)

L’objectif de ce programme est de porter un regard renouvelé sur l’histoire et les sciences sociales du Liban en les interrogeant au prisme du temps et des temporalités. Devenue centrale dans le champ des sciences humaines et sociales, la réflexion en termes de temporalité n’a pas, jusqu’alors, été mobilisée sur les terrains non occidentaux. Le Liban, riche de la profondeur de son histoire, de sa diversité religieuse et de celle des computs de temps liés à celle-ci, du caractère précoce, bien que socialement sélectif, de son processus de modernisation, offre un terrain de choix pour tester une telle démarche. Ce programme de recherche pluridisciplinaire souhaite interroger la spécificité des temporalités au Liban, dans une double perspective historique et contemporaine, sur la période qui s’étend du XIXe siècle à aujourd’hui. Il entend, d’une part, restituer la façon dont ont été élaborées, avec l’introduction de la modernisation « à l’occidentale », de nouvelles mesures du temps, alors que le Liban était déjà riche d’une multitude de computs et de temps sociaux, liés notamment à la diversité religieuse du pays. Il se propose, d’autre part, d’éclairer les mécanismes et les processus de production des temporalités, c’est-à-dire des conceptions subjectives du temps, et les transformations de celles-ci sur la période considérée. Enfin, il s’attachera à observer et analyser, pour la période contemporaine, les usages et pratiques des diverses temporalités ainsi produites. Ce travail est conduit à travers trois axes d’investigations : un axe historique envisage de restituer les nouvelles modalités de la mesure du temps à partir du début du XIXe siècle, leur confrontation aux modes anciens, et les conflits politiques et religieux qui ont entouré leur adoption ; un axe orienté autour de l’étude, sur le long terme, des rythmes urbains et de leurs transformations – la ville étant le principal réceptacle de la pluralité et de la complexité des temporalités ; un axe lié aux dimensions politiques du temps et aux représentations de l’avenir, du progrès et de la mémoire.

Coopération pour l’Évaluation et le Développement de la Recherche, Ministères libanais et français des Affaires Étrangères et de l’Enseignement supérieur et de la recherche

Partenaires institutionnels :

- Université de Tours,

- Université de Balamand,

- Institut français du Proche-Orient de Beyrouth,

- Université Libanaise,

- Université Saint-Joseph