CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Oillic Pascal

IPAPE

Oillic Pascal

Les services écosystèmiques dans la ville entre nature et natures

2012

Direction : Didier Boutet

Ce travail porte sur une analyse des services d’ordre esthétique et d’approvisonnement « rendus » par les espaces verts urbains (MEA 2005). Ainsi ils sont au cœur de l’interrogation portant sur les bénéfices des écosystèmes et des services rendus in situ et notamment via la notion de trame verte. En effet, les espaces verts urbains sont des objets hybrides de Nature et de Culture (Latour, 1991) et protéiformes : parcs et jardins, friches, agriculture intra-urbaine (Jardins familiaux, ouvriers, AMAP (Minvielle, Consales, Daligaux 2011)). Ils constituent un objet qui lie la stratégie communale (logement, espaces verts…), les habitants et la biodiversité. L’interrogation porte sur le lien existant entre les habitants et les services écosystémiques dans la ville à travers le prisme de l’espace vert avec deux hypothèses principales à la base de la recherche : les services écosystémiques en ville sont des construits sociaux (i) ; les services écosystémiques reposent sur des systèmes socio-écologiques (ii). Le premier objectif est d’analyser les interactions complexes qui existent entre les habitants et « la nature » dans plusieurs types d’espaces verts via le duo représentations / pratiques, mais aussi de comprendre la place des services écosystémiques dans leurs discours. Au niveau de la ville et de l’agglomération, il s’agit de souligner la dimension protéiforme de l’espace vert urbain, enrichissant et complexifiant la trame verte communale. En fin de compte, nous souhaitons établir et approfondir un indicateur de naturalité du sol urbain qui s’appuiera sur ces deux échelles d’analyse pour prendre en compte les services rendus notamment par les espaces verts dans la ville (iii).