CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Colloque Archéologie urbaine > De l’archéologie du bâti urbain à la dendrothèque régionale du service régional de l’archéologie PACA : une relecture des dynamiques urbaines médiévales et modernes à Grasse.

1. De la fouille urbaine à l’archéologie de la ville

De l’archéologie du bâti urbain à la dendrothèque régionale du service régional de l’archéologie PACA : une relecture des dynamiques urbaines médiévales et modernes à Grasse.

Fabien BLANC, M. Franck SUMERA

Get the Flash Player to see this player.

Depuis quelques années, l’important programme de rénovation urbaine dans la ville de Grasse a engendré des opérations d’archéologie du bâti conséquentes qui portent sur plusieurs îlots ou groupements d’immeubles représentant près d’un quart de la ville historique.

Bénéficiant d’une concertation efficace entre élus, urbanistes, architectes, archéologues et gestionnaires des droits du sol, initiée à l’occasion de la révision du Plan de sauvegarde et mise en valeur (PSMV) de la ville de Grasse, le Service régional de l’archéologie est parvenu à mettre en place une politique systématique d’études archéologique du bâti adossé à une approche dendrologique et dendrochronologiques qui a radicalement transformé la perception de l’évolution morphologique de la ville.

Ainsi, alors que le PSMV préconisait initialement la préservation de la trame urbaine actuelle qui était supposée médiévale, les études d’archéologie du bâti réalisées ont montré au contraire que cette dernière n’est que le fruit d’une évolution récente et que la ville médiévale présente une trame bien plus aérée qu’on ne pouvait le prévoir. Ces travaux permettent à la fois de renouveler radicalement la vision de la ville médiévale en même temps qu’ils permettent de redéfinir la politique de réhabilitation ainsi que la compréhension de la complexité des dynamiques urbaines durant le dernier millénaire.

L’expérience positive menée sur Grasse a conduit d’une part à prendre conscience de la dimension patrimoniale des bois d’architecture et d’autre part à évaluer l’importance des menaces pesant sur ce dernier dans le cadre des rénovations du patrimoine bâti historique. Fort de ce constat, le SRA s’engage aujourd’hui dans la constitution d’un projet de dendrothèque à échelon régional en concertation avec le laboratoire de recherche du CCJ.