CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Colloque Archéologie urbaine > Analyse archéologique des réseaux de caves d’une petite ville d’accession médiévale, méthode et apports. L’exemple de Château-Thierry (Aisne).

3. Chrono-chorématique urbaine

Analyse archéologique des réseaux de caves d’une petite ville d’accession médiévale, méthode et apports. L’exemple de Château-Thierry (Aisne).

François BLARY, Laurent CAMÉRINI

Get the Flash Player to see this player.

L’examen des chorèmes entrant dans la structuration des phénomènes urbains pris en considération par l’archéologie a bien souvent trop rapidement rejeté les caves urbaines, les considérant comme des ensembles participant au mitage des matériaux d’étude des sols urbains anciens ou au contraire isolément quelques beaux cas retenus pour leurs seules caractéristiques architecturales. L’étude de ces entités n’a que dans de trop rare cas était prise en considération de manière globale. Forte de l’expérience archéologique urbaine menée depuis 25 ans à Château-Thierry, petite ville d’origine médiévale à la limite de la Champagne et des territoires d’Ile-de-France, une prise en compte globale a ainsi été tentée. À l’issue de ce patient travail d’inventaire et d’analyses archéologiques globales, c’est un peu plus de deux cents salles basses et caves médiévales construites depuis le XIIe jusqu’au XVIe siècle qui ont ainsi été intégralement relevés. Les premiers enseignements de cette méthode de recherche d’un type nouveau complètent ainsi les données archéologiques issues des opérations préventives concernant le sol ou le bâti urbain. Une première base chrono-typologique a été établie. La chrono-topographie urbaine de ces réseaux en relation avec les autres données archéologiques et historiques entraîne une meilleure compréhension du phénomène urbain et autorise un renouvellement des problématiques.