CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Colloque Archéologie urbaine > Modélisation spatiale d’un réseau urbain antique : à propos des villes de la cité de Nîmes.

4. Villes et systèmes de villes

Modélisation spatiale d’un réseau urbain antique : à propos des villes de la cité de Nîmes.

Pierre GARMY, Lahouari KADDOURI

Get the Flash Player to see this player.

Parmi les nombreux problèmes posés aux archéologues par l’étude des réseaux et systèmes urbains anciens, celui des critères de hiérarchie est certainement le plus délicat ; mais définir la place relative d’une agglomération au sein d’un réseau – ou d’un système – de villes constitue un préalable pour simuler les interactions de cette agglomération avec toutes les autres et avec le territoire.

Après avoir expérimenté une approche fondée sur les fonctions apparentes des villes et leur portée respective, autour de Bordeaux, puis en être revenu à une classification empirique reposant sur l’unique critère d’emprise au sol des établissements dans la cité de Lodève, il est apparu nécessaire et potentiellement fécond de tester une classification hiérarchique multicritère des trente-quatre agglomérations secondaires qui forment le réseau sous la domination de Nîmes au début de notre ère.

Partant de cette classification, le réseau et le territoire de la cité font ensuite l’objet d’un examen des structures du peuplement en matière d’accessibilités, de distributions spatiales et hiérarchiques, de centralités et d’interactions.