CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Actualités > Soutenance de thèse de Edith Gaillard : Habiter autrement. Regards croisés sur des habitats féministes en Europe


Soutenance

Soutenance de thèse de Edith Gaillard : Habiter autrement. Regards croisés sur des habitats féministes en Europe

Sous la direction de S. Denèfle

11 février 2013

Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire, 33, allée Ferdinand de Lesseps, Tours, salle de réunion du 1er étage
Lundi 11 février, 14h30

Le jury sera composé de :

Mme BARD Christine, Professeure d’histoire contemporaine - Université d’Angers Mme DENEFLE Sylvette, Professeure de sociologie - Université François Rabelais de Tours Mme LABORIER Pascale, Professeure de science politique - Université Paris X Mme LE BRAS-CHOPARD Armelle, Professeure de science politique - Université de Versailles/Saint-Quentin Mme LEFEUVRE Marie-Pierre, Professeure de sociologie - Université François Rabelais de Tours

Résumé :

Loin d’être homogène, l’habitat est à la fois le reflet de l’assignation des femmes à un rôle de sexe et, dans le même temps, un instrument politique du changement social, de la transgression des normes sociales fixées sur le genre. De quelles manières des actions collectives féministes qui se réclament de l’émancipation peuvent-elles, par le biais de pratiques habitantes, affirmer un autre possible, construire d’autres modes d’être et d’agir en vue d’une vie plus libre ? La mise en œuvre de notre questionnement a conduit à choisir comme objet d’étude le « squat » associé à une critique féministe de l’ordre social. Du squat féministe, un regard se pose sur l’ordre social, un discours est porté sur les raisons de cet engagement dans les marges de la société. Des attitudes, des manières de faire et d’agir s’y construisent afin d’élaborer des réponses à la question des rapports sociaux, des rapports de genre. Nous avons comparé deux modèles de squat féministe : les squats politiques français soumis à une grande instabilité du fait de leur statut « sans droit ni titre » et les squats « légalisés » allemands qui, au regard du contexte historique et politique, s’inscrivent dans un temps plus long. La thèse permet d’élaborer une sociologie du genre renouvelée à partir d’une remise en question de l’ordre social par un engagement féministe autour de pratiques habitantes et de rendre compte de la façon dont des actrices sociales répondent aux problèmes féministes en fabriquant un « autre » modèle.