CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Publications > Ouvrages > La construction en pan de bois au Moyen Âge et à la Renaissance

La construction en pan de bois au Moyen Âge et à la Renaissance

sous la direction de Clément Alix et Frédéric Épaud

Les édifices en pan de bois sont l’une des composantes majeures du paysage urbain et rural dans de nombreuses régions de France. Ils témoignent d’un mode constructif qui fut largement répandu dans l’architecture du Moyen Âge et de l’époque moderne, et dont le succès s’illustre aussi bien par la diversité des structures, des assemblages, des hourdis et des éléments de décors ornant les façades que par les multiples emplois de cette technique : édifices à usages agricoles, maisons polyvalentes urbaines, habitat sériel d’opérations de lotissement, résidences seigneuriales, églises, etc. Cet ouvrage présente un état des connaissances sur la construction en pan de bois du XIIIe au XVIe siècle en France, à travers une vingtaine de contributions qui s’appuient sur l’analyse des sources textuelles et iconographiques, des relevés d’archéologie du bâti, des datations dendrochronologiques et des observations architecturales. Elles s’intéressent aux techniques de charpenterie, à l’approvisionnement des bois d’œuvre, aux organes de circulation et de distribution des édifices ou encore aux relations structurelles avec les planchers, la charpente du comble et les parties maçonnées. Certaines analyses abordent la question des spécificités stylistiques régionales et celle de l’évolution du pan de bois dans le paysage urbain à travers le traitement décoratif des façades, les réglementations municipales et les édits royaux.

Voir en ligne : http://pufr-editions.fr/livre/const...




sous la direction de Clément Alix et Frédéric Épaud, 2013
sous la direction de Clément Alix et Frédéric Épaud : La construction en pan de bois au Moyen Âge et à la Renaissance, PUFR, Coédition Presses universitaires de Rennes, 2013, 450 pages