CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Nsiamalembe-Onanga Annie-Christiane

COST

Nsiamalembe-Onanga Annie-Christiane

La prise en charge des personnes agées au Gabon : quels défis pour l’état et les familles ?

2013

Direction : Alain Thalineau, Co-direction Laurent Nowik

Financement : doctorant

La solidarité intergénérationnelle reste aujourd’hui l’élément fondateur du système socio-économique des familles gabonaises. Que cela soit en ville ou dans les campagnes, la majorité des ainés dont les capacités physiques et psychiques sont en déclin, vivent au sein du clan, de la famille élargie ou de la famille restreinte. Les enfants entourent leur(s) ainé(s) dans un curieux état d’esprit, où se mélangent le sentiment des droits qu’il a et d’autres sentiments plus purs : de charité, de service social et de solidarité (Marcel Strauss, 2002). Si cette solidarité intergénérationnelle demeure un fait indéniable, on sait en revanche très peu de choses sur le parcours de vie de ces personnes agées. La recherche que nous allons entreprendre visera à questionner les bouleversements qui apparaissent dans les familles lorsque se déclenche le processus de fragilisation « des vieux ». Nous aurons également à identifier les caractéristiques sociales des personnes agées qui sont prises en charge par leurs familles. Comment vivent-elles dans le pays ? Quel est le mode d’habitat des familles qui les hébergent ? Comment le fait de vivre en famille affecte t-il leur vie quotidienne et leur façon de vieillir ? Cette recherche visera aussi à saisir les facteurs sociaux qui interviennent dans la prise en charge des ainés par leurs enfants adultes. Nous chercherons à comprendre l’impact des autres formes de solidarités dont ils peuvent bénéficier : quel soutien la société civile, les associations ou l’Etat leur apporte (même si a priori ces soutiens sont faibles ou limités à un petit nombre de personnes) ? Le réseau familial gabonais est de plus en plus distendu du fait de l’exode rural et de la migration des jeunes vers les pays étrangers. Ce qui rend les ascendants vulnérables. Il s’agira d’étudier la façon dont les jeunes migrants soutiennent leurs parents et de réinterroger les nouvelles relations qui se mettent en place à distance. Certaines personnes agées vivent en couple ou seules non loin de leurs descendants. Il conviendra de connaître les stratégies qu’elles mettent en place pour vivre décemment leur vieillesse : dans quel habitat vivent-elles ? Quelles relations familiales et amicales mobilisent-elles ?