CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Nahassia Lucie

LAT

Nahassia Lucie

Formes spatiales et temporelles du changement urbain. Analyser la localisation des activités à Tours sur 2 000 ans

Thèse débutée en 2013

Direction : Lena Sanders (CNRS, UMR 8504 Géographie-cités) et Xavier Rodier

Financement : Contrat doctoral (Paris 1)

Cette thèse a pour objet les formes spatiales et temporelles du changement urbain dans la très longue durée, étudiées au travers des activités et de leurs localisations dans l’espace urbain. Pour cela, elle s’appuie sur le cas de Tours et sur des données archéologiques, les « Objets Historiques », observés depuis le 1er siècle av. J.-C. Les localisations des activités sont appréhendées dans une perspective spatio-temporelle. Un type d’activité est-il toujours situé au même endroit relativement au contexte urbain ? Peut-on identifier des effets de voisinage entre activités ? Les types de localisation changent-ils selon les époques, et selon quelles temporalités ?

Pour répondre à ces questions et aux enjeux spécifiques de la longue durée – incomplétude des connaissances, complexité de l’identification du changement à une résolution temporelle fine, hétérogénéité des données, etc. –, une démarche articulant la construction conceptuelle, l’analyse empirique et la modélisation du changement a été mise en place. Cette démarche est en outre structurée par une réflexion interdisciplinaire et reproductible. Des méthodes originales d’analyse, statistiques et spatiales, ont été construites et s’appuient sur la représentation, la modélisation graphique et la géovisualisation. Une plateforme interactive a ainsi été développée pour explorer les résultats dans un dialogue entre le particulier et le général.

La combinaison de ces approches permet d’établir des profils de localisation des activités au cours du temps, d’identifier des motifs spatiaux et de quantifier des temporalités du changement, confirmant notamment le caractère progressif et multi-temporel des transformations de l’espace urbain.

Voir en ligne : Page sur le site de Géographie-cités