CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Nahassia Lucie

LAT

Nahassia Lucie

Dynamique des fonctions intra-urbaines dans la longue durée. Application à la ville de Tours

Thèse débutée en 2013

Direction : Lena Sanders (CNRS, UMR 8504 Géographie-cités) et Xavier Rodier

La ville est « un système dans un système de villes ». Elle s’inscrit ainsi à deux échelles : ce sont le territoire de la vie quotidienne et celui des échanges de longue portée qui définissent un réseau urbain hiérarchisé. Ces deux niveaux sont intrinsèquement liés, notamment par le biais des fonctions urbaines qui s’inscrivent toutes très concrètement dans l’espace urbain, dans un bâti, quelle que soit l’échelle à laquelle elles font sens. Au cours du temps ces fonctions se transforment et leur localisation change.

L’enjeu de ce travail de thèse est de comprendre quelles sont les dynamiques spatio-temporelles de la structure fonctionnelle de l’espace intra-urbain dans la longue durée. Peut-on établir des règles de succession des fonctions pour un même lieu ? Peut-on qualifier les interactions spatiales entre fonctions (attraction/répulsion) et les évolutions dans le temps de ces influences réciproques ?

Ces interrogations sont fondamentalement spatio-temporelles : elles poussent à examiner les notions d’interaction, de forme, de fonction mais aussi de temporalité, de chronologie et de dynamique. Pour ce faire, les questionnements géographiques du travail de thèse seront enrichis par des réflexions conceptuelles issues de l’archéologie. Pour répondre aux questions de recherche, l’étude s’appuiera sur l’observation empirique de la ville de Tours, depuis sa fondation jusqu’à aujourd’hui, à partir d’une base de données archéologique, au moyen de l’analyse spatiale, de la cartographie et de la géomatique. Les conclusions issues de ce cas d’étude seront généralisées pour développer un modèle conceptuel des dynamiques fonctionnelles de l’espace intra-urbain. Celui-ci sera ensuite mis en œuvre par un modèle de simulation, qui constitue une approche idéale pour observer des dynamiques et des processus d’émergence d’une structure globale à partir d’interactions locales. La mise en valeur des résultats fera l’objet d’une attention particulière, au moyen de cartographies dynamiques.

Voir en ligne : Page sur le site de Géographie-cités