CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Ramakrishnan Harishankar Rukkumani

IPAPE

Ramakrishnan Harishankar Rukkumani

Systèmes de gestion de l’eau traditionnels au Tamil Nadu et leur relation à l’aménagement du territoire

par Muriel - 20 août 2014

2014

Direction : Denis Martouzet, Laura Verdelli (co-direction)

Financement : doctorant

Chennai, une ville comprenant au début cinq villages, était remplie de lacs, de champs verdoyants et deux rivières. Une carte de 1909 montre les grands réservoirs et la multitude de plans d’eau situés dans la ville. Ces « Eris », ou réservoirs, faisaient partie des systèmes de gestion de l’eau traditionnels qui existaient dans les villages du Tamil Nadu. Ces réservoirs étaient les seuls vestiges de ces systèmes qui existaient dans les villages d’origine et qui ont été fusionnées dans la ville. L’augmentation de la population urbaine au cours des deux dernières décennies a fait des ravages aux ressources naturelles en ville, les appauvrissant, et les détruisant. Aujourd’hui, la ville fait face alternativement à inondations et sécheresse selon la saison. Même si la plupart des bassins versants, y compris une grande partie de la plaine alluviale, ont été empiété par la ville, la tête des deux rivières Adyar et Cooum qui traversent la ville, située dans les banlieues de Chennai, reste assez rurale et au caractère relativement moins endommagé. Par conséquent, il est important d’étudier et de conserver les systèmes de gestion de l’eau existantes dans ces zones. Il est essentiel que ces systèmes soient étudiés et conservés puisque aujourd’hui ils sont menacés par la pression de l’urbanisation rapide. Ces réservoirs, en tant que structures de stockage de l’eau, peuvent être les caractéristiques les plus visibles du système de gestion de l’eau, mais ils ne sont qu’une partie d’un système plus vaste de gestion. Il est très important de comprendre également d’autres aspects du système. « Les réservoirs doivent être pensés en termes de large complexe de ressources naturelles, d’installations physiques, de modes d’utilisation des terres et d’institutions de gestion » (R.Sreenivasan, 2002). L’efficacité de ces réservoirs a été augmentée par toute une gamme de pratiques autour d’eux. Ces pratiques sont liées à l’aménagement du territoire, à l’entretien de ces réservoirs, à la connexion à des réseaux plus importants et à la gestion communautaire. L’une de ces pratiques est de maintenir les terres communes à des fins diverses comme le drainage des eaux de crue, le pâturage, etc. Ces terres communes sont un aspect important de ces systèmes puisqu’ils rendent possible la mise en réseau entre les différents composants : l’eau, la population et l’économie. Besoins en termes de recherche : Les réservoirs, en tant que structures de stockage, sont partie la plus visible des systèmes et ont été étudiés en détail, cependant un nombre très réduit d’études existent sur les autres parties des systèmes de gestion de l’eau traditionnels. Le rôle des terres communes, notamment, n’est généralement pas analysé dans les études existantes. Ces terres communes sont perçues comme des terres non cultivées par les politiques publiques et la planification du territoire et sont donc fréquemment illégalement occupées et construites. Elles sont également attribuées par l’administration à diverses fins de développement. Dans la gamme des changements climatiques et des moussons imprévisibles, il est important de conserver tous les aspects des systèmes de gestion de l’eau traditionnels. Cette étude se propose d’aborder le rôle des terres communes dans ce vaste réseau de gestion de l’eau. Objectif de la recherche : L’objectif de cette étude est d’explorer la pertinence de ces systèmes dans le contexte actuel et aussi défendre l’importance des terres communes dans la gestion des bassins versants. Un autre objectif de cette étude est également de mettre en évidence l’importance des réseaux qui lient les gens, l’écologie, l’économie, la terre et l’eau. Résultats de la recherche : Le résultat attendu de cette recherche est la préparation d’un modèle de bassin versant qui inclut explicitement le rôle des terres communautaires et d’autres traditions d’aménagement du territoire. Le modèle permettra :

1. La documentation des systèmes de gestion de l’eau traditionnels, y compris des terres communautaires et d’autres aspects de l’aménagement du territoire.

2. L’évaluation de l’impact de diverses activités de développement sur ces systèmes. Il permettra également d’évaluer l’état du système de gestion traditionnel et d’identifier les déficiences qui se sont créés suite aux changements.

3. l’aide à l’action en matière de formulation de lignes directrices pour la conservation de ces systèmes.