CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Arslan Ece

EMAM

Arslan Ece

Fabrique de la ville au prisme des projets de transformation urbaine : le cas d’Istanbul

par Muriel - 9 octobre 2014

Thèse débutée en 2014

Direction : Nora Semmoud

Comme la plupart des métropoles, Istanbul connaît de profondes transformations sur son tissu urbain. L’aménagement de territoire et les opérations urbanistiques s’inscrivent dans une démarche de renouvellement urbain de cette ville qui compte plus de 15 millions d’habitants. La conception et la mise en place des projets de transformation urbaine apparaissent comme un outil essentiel afin de restructurer l’espace urbain. Phénomène accentué surtout depuis ces deux dernières décennies, la réalisation des projets de transformation urbaine engendre de nombreux enjeux.

Afin d’étudier ces enjeux, nous avons choisi de comme cas d’étude, le projet de transformation urbaine d’un quartier populaire situé en centre-ville d’Istanbul. Il s’agit d’une opération urbanistique de grande ampleur reposant sur la démolition et reconstruction des immeubles, ainsi résultant en requalification d’un quartier entier. Le projet vise à restructurer une superficie de 131 hectares en modifiant toutes les infrastructures et les îlots urbains.

Notre thèse a pour l’objectif de comprendre les logiques qui dominent les opérations urbanistiques ainsi que les répercussions qui en découlent sur le tissu social. En effet, dépassant le simple aménagement du cadre bâti, les projets de transformation urbaine impactent les rapports sociaux dans un quartier donné et influencent la perception des habitants sur leurs espaces de vies. La montée en puissance du secteur foncier et les grandes tendances globales régissant les stratégies urbaines sont des éléments essentiels pour comprendre la fabrique de la ville.

Dans le cadre de notre travail doctoral, nous avons adopté une méthodologie qui repose sur une enquête de terrain comprenant des entretiens effectués avec divers types d’acteurs (habitants, sociétés de construction, municipalité..) et des observations, ainsi qu’une étude documentaire (textes et lois d’urbanisme, plans et documents d’urbanisme, brochures publicitaires des bâtiments envisagés..). Nous proposons l’hypothèse que, suite au projet, les habitants sont pris en étau entre un gain financier et une ascension sociale ; et ce que le quartier signifie pour eux, le lien affectif à leurs espaces de vie et des relations de voisinage.