CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Pouyet Thomas

LAT

Pouyet Thomas

Archéologie des abbayes bénédictines du diocèse de Tours au Moyen Âge : approche topographique et architecturale

Thèse débutée en 2014

Direction : Elisabeth Lorans

Financement : Contrat doctoral (bourse régionale)

Cette thèse a pour objectif l’étude de l’organisation spatiale et de l’architecture des abbayes bénédictines fondées entre la fin du VIe et le début du XIIe siècle dans l’ancien diocèse de Tours. Il s’agit de caractériser les aspects topographiques, fonctionnels et architecturaux de ces ensembles bâtis destinés à accueillir une communauté religieuse mais aussi des laïcs de différents statuts, de manière durable ou provisoire. Chronologiquement, le cœur de la réflexion est centré sur les Xe-XIIIe siècles mais la longue durée constitue l’un des fondements de ce travail, à travers l’analyse morphologique des habitats comme l’usage de nombreuses sources modernes textuelles et planimétriques.

Sur les dix abbayes bénédictines qu’a comptées le diocèse de Tours, quatre ont été fondées avant l’an mil, six après et presque toutes furent réformées au XVIIe siècle par la Congrégation de Saint-Maur-des-Fossés, ce qui entraîna la réalisation de grands travaux bien documentés. Cormery, établi en 791, constitue la pièce principale du corpus car elle offre d’importants vestiges aisément accessibles. Quant à Marmoutier, première fondation due à saint Martin vers 370, elle servira de point de comparaison puisque son étude a été entreprise par le LAT en 2005, sous la direction d’Elisabeth Lorans.

Le principe de cette thèse est de croiser les sources et les méthodes selon une approche diachronique et multi-scalaire. Trois types de sources sont utilisés : les fonds d’archives textuelles médiévaux et modernes ; les données planimétriques et iconographiques ; enfin, les sources archéologiques à travers des relevés du bâti exécutés au moyen d’un scanner 3D, par photogrammétrie ou encore avec un tachéomètre laser. Le traitement des données s’effectue avec des outils informatiques adaptés à l’archéologie et aux études spatiales : base de données, système d’information géographique, modélisations 3D, selon les méthodes développées au LAT avec les moyens de l’atelier numérique de la MSH Val-de-Loire.
L’étude des abbayes tourangelles se développe à travers trois axes correspondant à trois échelles d’analyse spatiale : l’abbaye dans son territoire, la topographie et les fonctions du monastère, les matériaux de construction et les programmes architecturaux.

1. La première partie du projet, la moins développée, est consacrée aux modalités d’implantation des abbayes bénédictines sur le territoire tourangeau. A travers l’étude morphologique et topographique des espaces concernés, il s’agira de déterminer si ces établissements religieux ont été à l’origine du développement de nouveaux habitats ou s’ils se sont au contraire insérés dans un habitat déjà structuré, une question qui s’appuiera sur les travaux récents conduits par Elisabeth Zadora-Rio sur la formation des bourgs et des paroisses en Touraine.
2. Un deuxième axe de recherche porte l’accent sur l’organisation interne des établissements bénédictins sur un temps long, la vie des communautés nécessitant une structuration fonctionnelle de l’espace traduite dans l’organisation du bâti. Il s’agit donc de comprendre la hiérarchisation des espaces sacrés et profanes, les fonctions complémentaires des différents lieux de culte à étudier en relation avec les transformations de la liturgie ou encore les circulations au sein de l’enclos et avec l’extérieur.
3. Le cadre chronologique choisi permet d’analyser l’évolution de l’architecture et des techniques de construction du Xe au XIIIe siècle, à travers plusieurs thématiques telles que la persistance de la construction en maçonnerie de moellons à l’antique jusqu’au XIe siècle mais aussi le développement du moyen appareil aux XIe-XIIe siècles ou encore la transition roman/gothique pour les maçonneries comme pour les charpentes. Cette dernière partie de l’étude s’attachera donc à caractériser ces mutations qu’il s’agisse de la nature des matériaux utilisés et de leur provenance, des techniques de construction employées ou des programmes architecturaux dans leur ensemble.