CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Kataka Hégra Bèdéba

IPAPE

Kataka Hégra Bèdéba

Maîtrise publique des services de réseaux et planification des villes moyennes d’Afrique subsaharienne : le cas de Sokodé, Kara et Dapaong au Togo

par Muriel - 12 janvier 2015

Thèse débutée en 2014

Direction : Christophe Demazière

Comme dans beaucoup de pays africains et du Sud, les villes secondaires du Togo, en l’absence de politiques urbaines et d’aménagement du territoire effectives à l’échelle nationale, régionale et locale, connaissent une croissance très difficile à maîtriser de leur population et de leur espace. Ceci pose notamment le problème du renouvellement des réseaux techniques urbains (eau, assainissement, électricité…) et de leur planification. Quelques secteurs urbains sont relativement planifiés, mais majoritairement l’ensemble des villes fait face à un déficit de services. Des arguments économiques peuvent être avancés à la crise des réseaux : la productivité des entreprises publiques qui ont le monopole de la fourniture de services demeure en deçà des standards, les taux d’accès et la qualité de services restent faibles, les infrastructures sont dégradées, les rendements techniques et commerciaux des réseaux sont trop faibles pour générer des revenus suffisants afin d’entretenir et développer les réseaux.

Mais la crise des réseaux techniques est aussi révélatrice de l’absence de maîtrise publique de services et de planification dans un contexte où les pouvoirs locaux urbains sont largement dépourvus de capacités décisionnelles, organisationnelles et financières en matière de gestion urbaine. Ainsi, même s’il existe des dimensions génériques au déploiement des réseaux (liées à un contexte national et international), cette thèse entend pratiquer des investigations de terrain approfondie. Il s’agit de répondre à la question suivante : la situation de « ville moyenne » est-elle un avantage ou un inconvénient pour mettre en place des modèles flexibles de gestion des réseaux ? Mais, pour commencer, qu’est-ce qu’une « ville moyenne » dans le contexte de l’Afrique subsaharienne, et du Togo en particulier ? Répondre à ces questions mobilisera la littérature internationale récente sur les dynamiques des petites ou moyennes villes et l’action publique.

Cette thèse s’attachera ensuite à analyser les dimensions politique et spatiale de la crise des réseaux techniques. A partir de trois cas de villes secondaires dissemblables, on réfléchira aux moyens de favoriser un renouveau des villes moyennes du Togo et leur rôle au sein de l’armature urbaine nationale. L’analyse des réseaux proposée concerne pour l’essentiel les services d’eau et d’électricité. Trois entrées sont retenues pour étudier les modalités de développement de ces services : l’analyse des réformes institutionnelles et gestionnaires intervenues dans la fourniture des services urbains ; les effets de ces réformes sur les modalités d’accessibilité aux réseaux et sur les mutations urbaines ; enfin, les enjeux de ces transformations sur l’aménagement et la planification des villes moyennes.