CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Contrats > VENIROMOND

COST

VENIROMOND

Venir au monde Conditions sociales de la naissance, structures familiales et prime éducation

par Muriel - 23 février 2015

Contrat débuté en 2011, achevé en 2015
(coord. : Alain Thalineau, CITERES)

(ANR coordonnée par l’équipe PRINTEMPS)

Ce programme de recherche poursuit deux objectifs : 1) analyser les pratiques d’éducation et de soin des enfants au cours de leur première année, et les formes évolutives que prennent les relations entre les mères et pères et leurs enfants au cours de la même période, 2) rendre compte des variations de ces pratiques et de ces relations, d’une part, par les trajectoires sociales des mères et des pères, leurs socialisations morales, les conditions de vie et les structures familiales, d’autre part, par le sexe de l’enfant et sa place dans la fratrie. Une attention particulière sera portée aux processus de précarisation sociale, aux nouvelles configurations familiales et à l’émergence de nouveaux idéaux en matière d’égalité sexuelle ou d’autonomie des individus, et à leurs conséquences sur l’éducation des tout jeunes enfants. Mais une hypothèse forte traversera l’ensemble de ce programme de recherche : on s’attachera à montrer que, plus qu’à un processus d’égalisation ou d’éclatement des anciens cadres sociaux, on assiste à une restructuration des rapports sociaux et à une recomposition des normes sociales. Pour analyser les processus sociaux et sociopsychologiques qui se nouent autour de la naissance, il sera nécessaire d’associer des savoirs et des méthodes issus de la sociologie, de la démographie, de l’économie, de la science politique et de la psychologie. Ainsi, en croisant l’étude des effets de trajectoire, de la transmissibilité des dispositions morales, des conditionnements matériels de l’éducation des enfants, de la structuration des relations familiales, des représentations sociales de l’avenir, des sentiments de justice et d’injustice et des premiers attachements, on proposera un modèle d’analyse des pratiques éducatives et de la socialisation des tout jeunes enfants articulant les déterminants sociaux les plus stables aux contextes plus immédiats, renouvelant par là la définition de la notion d’habitus et l’approche de la socialisation différentielle. Un tel programme suppose une méthodologie diversifiée. L’exploitation des données statistiques fournies par la cohorte ELFE apportera une somme exceptionnelle d’informations sur les questions qui nous intéressent. De plus, nous proposons de contextualiser les informations socioéconomiques recueillies en exploitant un ensemble de bases de données statistiques complémentaires qui permettrons de dresser un tableau détaillé des conditions de vie des tout jeunes enfants dans la période récente. L’investigation se développera par ailleurs dans une direction résolument « qualitative ». Pour comprendre les significations associées à la trajectoire des individus, à la naissance de leurs enfants et à l’expérience qui se noue peu après au sein des familles et entre elles et les institutions, on conduira une série d’entretiens approfondis et réitérés auprès d’un échantillon représentatif de la population d’enquête et une série d’enquêtes ethnographiques localisées dans des maternités, des antennes de la Protection Maternelle et Infantile, des crèches, des haltes-garderies et des lieux comme les « Maisons de l’enfance ». Enfin, le programme mobilisera un dispositif expérimental de mesure des premiers attachements entre parents et enfants. Dans un contexte scientifique national et international où le regard porté sur le jeune enfant reste très fortement marqué par l’emprise des sciences cognitives et des sciences de la vie, nous voudrions ainsi apporter notre pierre à l’élaboration d’une science sociale de la genèse des identités sociales, de genre et de classe, en partant de l’idée que c’est dès les premiers jours et les premiers mois de la vie que s’amorce le processus de réappropriation des manières d’être au monde issues des socialisations primaires et secondaires des parents.

Partenaires de CITERES :
- Centre Universitaire de Recherche sur l’Action Publique et le Politique
- Institut National d’Etudes Démographiques
- PRofessions, INstitutions, TEMPoralitéS