CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Herrault Hadrien

IPAPE

Herrault Hadrien

Projets urbains et reconfigurations socio-spatiales dans le contexte post-conflit de Belfast

par Muriel - 21 octobre 2015

Thèse débutée en 2015

Direction : Christophe Demazière en co direction avec Nathalie Brevet

Financement : doctorant

Résumé :

Vingt ans après l’aboutissement politique du processus de paix associant unionistes et républicains, Belfast (Irlande du Nord) reste une ville divisée entre ses deux communautés et séparée dans l’espace par des peace lines. On observe néanmoins certaines transformations socio-spatiales, qui ont tantôt pour origine des grands projets urbains initiés par les pouvoirs publics locaux, tantôt l’évolution des stratégies résidentielles et des pratiques spatiales des habitants. Cette thèse vise à mettre en rapport ces deux dynamiques, en examinant en quoi elles font avec ou, au contraire, remanient le marquage spatial opéré par la confrontation des identités unionistes et républicaines. Il s’agit aussi de caractériser le développement urbain de Belfast dans le contexte d’évolution des politiques urbaines des grandes villes européennes, en particulier au niveau du montage des projets urbains et de l’anticipation de leurs effets.

Dans la mouvance de la politique urbaine néolibérale qui caractérise le Royaume-Uni depuis plus de trente ans, plusieurs projets urbains d’ampleur ont été menés récemment à Belfast : le quartier Titanic, le réaménagement du front d’eau du Laganside, le quartier de la Cathédrale dédié à la culture et à la connaissance... Par la volonté des pouvoirs publics de confier à des investisseurs privés la création d’espaces emblématiques dédiés à des activités de consommation et à des bureaux, on peut les rapprocher d’opérations similaires menées dans de grandes villes du reste du Royaume-Uni, voire d’autres pays européens. A Belfast, la volonté d’acquérir une image de dynamisme et d’ouverture au développement économique se traduit cependant par un engagement spécifique des pouvoirs publics dans les projets urbains, à la fois pour rassurer les investisseurs privés et pour légitimer auprès des populations une action de transformation de certains secteurs de la ville. En effet, Belfast reste marquée par le conflit : les zones fortement ségréguées ont connu la construction de nouvelles peace lines depuis la fin du conflit et les paramilitaires sont toujours présents.

L’objectif de ce projet de recherche est d’analyser l’intentionnalité des acteurs de projets vis à vis de ce contexte ségrégué de Belfast, et de mettre en évidence les impacts de ces mêmes grands projets sur les transformations socio-spatiales de la ville. L’hypothèse envisagée est que les effets économiques et culturels des grands projets urbains ne se diffusent pas à une partie importante des habitants de Belfast, notamment ceux des quartiers fortement ségrégués communautairement. Réciproquement, ces projets multiplient les possibilités d’accès à des espaces publics où l’on peut observer une véritable mixité, réalisant peut-être une aspiration de la société nord-irlandaise à dépasser les traces laissées par le conflit dans la structuration de la ville.

Cette recherche adoptera en premier lieu une approche tournée vers l’étude des grands projets et leurs effets sur les grandes transformations socio-spatiales, tant communautaires que socio-économiques, mais aussi l’étude de l’intentionnalité des acteurs de ces projets sur la ségrégation. Ces projets suivent largement un modèle de développement standard (musée, front d’eau, quartier culturel etc.) et engendrent une gentrification sélective. La pertinence de ce modèle de développement appliqué au contexte si particulier de Belfast est sujette à réflexion, d’autant que dans d’autres villes les acteurs se sont efforcés de développer des variantes plus attentives aux situations sociales locales. En deuxième lieu, une approche locale sera réalisée concernant les impacts des projets urbains sur certains quartiers de Belfast, tout en sachant que leurs effets sont diffus dans l’espace et le temps. Elle permettra d’approfondir et de comprendre le rôle des projets urbains dans les transformations socio-spatiales, notamment leur relation aux stratégies résidentielles des habitants de Belfast.

Après avoir défini l’écart entre l’intention et les impacts de ces projets urbains sur la ségrégation, cette thèse en aménagement-urbanisme souhaite contribuer à l’observation critique de l’instrument « projet urbain » dans le contexte singulier de Belfast.