CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Contrats > COEUR

IPAPE

COEUR

Croissance, Optimisation, Economie, Urbanisation, Réseau

par Muriel - 26 octobre 2015

Contrat débuté en 2015, achevé en 2018
(coord. : Kamal Serrhini)

Résumé :

Le projet COEUR (Croissance, Optimisation, Economie, Urbanisation, Réseau) ambitionne de développer, par la coopération entre Mathématiciens, Économistes, Géographes et Aménageurs, un modèle de simulation de l’impact de décisions de zonage et de localisation d’équipements et d’infrastructures sur la répartition de la demande de logements sur le territoire, permettant par là-même de modéliser la consommation subséquente d’espaces naturels et la génération potentielle de trafic entre les équipements et biens publics localisés attracteurs, et les localisations résidentielles émettrices. Ce modèle a été expérimenté sous la forme d’un prototype appliqué au périmètre du futur Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) de Montargis (88 communes), où ses équations ont été calibrées de manière rétrospective sur la base de l’allocation de la croissance observée sur la période 1900-2006, avant de fournir un outil de simulation paramétrable de la croissance périurbaine applicable sur d’autres territoires comparables.

Or, il semble clair d’ores et déjà que l’étude de l’apport dynamique d’un périmètre beaucoup plus large que le SCoT est indispensable à la compréhension fine des structures locales et des mécanismes associés. Le projet COEUR rassemble des mathématiciens (laboratoire MAPMO, Orléans), des économètres et géographes (laboratoire LEO, Orléans) et des aménageurs du territoire (laboratoire CITERES, Tours) ayant tous dans leur domaine une expertise quant à ces phénomènes de croissance et de flux : faisant le pari de l’universalité des modèles, ils veulent mettre en synergie ces expertises dans une étude commune des processus de croissance liés à la ville, l’urbanisation, les infrastructures socio-économiques ainsi qu’aux interconnexions du tissu socio-économique et d’infrastructures.

Nous souhaitons comprendre (voire prévoir !) comment les politiques d’aménagement local et régional influent sur la localisation des logements, zones d’activités et/ou industrielles, parcelles agricoles et zones naturelles. Un tel outil de simulation/prédiction convenablement paramétré, pourrait alors servir à peaufiner les décisions politiques et expliquer les choix privilégiés.