CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Contrats > L’agglomération antique et médiévale de Mougon

LAT

L’agglomération antique et médiévale de Mougon

Projet collectif de recherche

Contrat débuté en 2014, achevé en 2017
Coordonné par Philippe Salé, Anne Moreau et Philippe Bet (INRAP).

 

 

Le hameau de Mougon se situe sur la rive droite de la Vienne dans la commune de Crouzilles, à une vingtaine de kilomètres à l’est de Chinon. L’agglomération est identifiée au vicus Mediconnum mentionné par Grégoire de Tours au VIe s. Les premières découvertes archéologiques concernent la nécropole mérovingienne (Bourassé 1854), puis les ateliers de potiers antiques (Chevalier 1871). Depuis, le site a fait l’objet de nombreuses observations et opérations archéologiques, dont la majorité a été répertoriée dans les Bulletins et Mémoires de la Société Archéologique de Touraine. Des recherches plus récentes, réalisées dans le cadre d’un travail universitaire soutenu en 2008, ont permis de synthétiser l’ensemble des connaissances relatives à l’occupation de l’agglomération (Moreau 2008). Plus récemment, différentes opérations d’archéologie préventive ont été menées, à l’occasion d’enfouissement de réseaux (Aubourg, Moreau, Theureau 2008 ; Bouillon 2009) ou de diagnostics préalables à la construction de maisons particulières (Raudin 2011, Salé 2011).

L’agglomération des origines à nos jours dans son contexte archéologique, historique et environnemental

Malgré la quantité de données amassées et la multiplication des interventions de tous types, de nombreuses questions restent sans réponse faute d’intervention archéologique d’envergure engagée dans l’objectif de répondre aux problématiques posées par les archéologues :

  • l’occupation antérieure à l’agglomération antique
  • l’organisation de l’habitat antique par rapport à la zone de productions
  • les productions domestiques parallèles à la production de contenants en céramique
  • délimitation de l’agglomération antique
  • relations avec la campagne environnante
  • l’occupation postérieure à l’abandon des officines
  • nécropole du haut Moyen Âge et cimetière paroissial
JPEG - 101.2 ko
Vue aérienne de la voirie antique de Crouzilles (Photo J. Dubois)

Parallèlement à ces problématiques scientifiques, des questions d’ordre méthodologique sont également à prendre en compte. Nombre des connaissances relatives à l’occupation du site sont dues à des prospections (géophysiques, aériennes, pédestres) et restent donc de fait, hypothétiques. La confrontation des données de prospection avec les données de fouilles potentielles serait donc plus que souhaitable, tant d’un point de vue scientifique que méthodologique.

Trois logiques ont été combinées dans la formulation du projet :

  • une logique scientifique liée aux problématiques historiques de l’occupation du site depuis ses origines ;
  • une logique méthodologique visant notamment à reprendre et exploiter les données antérieure collectées lors des multiples interventions de prospection ;
  • une logique patrimoniale directement liée à l’aménagement du territoire et aux risques de destruction éventuels encourus par le site.

Ainsi, on peut résumer les objectifs du PCR en deux points essentiels :

  • l’évaluation du site dans son environnement proche en vue de sa gestion et de sa conservation (exploitation des données existantes et à venir) ;
  • l’étude approfondie des gisements archéologiques conservés afin de répondre aux problématiques scientifiques et méthodologiques formulées.