CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Contrats > ProMéTé

COST

ProMéTé

Télémédecine et professionnels de santé : impacts du recours à un nouvel outil de diagnostic

par Muriel - 14 décembre 2015

Contrat débuté en 2013, achevé en 2018
(coord. : Bernard Buron)

Le projet de recherche ProMéTé vise à analyser l’impact du déploiement d’équipements de télémédecine, au sein de différents établissements de soin (MSP, EHPAD) sur les organisations et les pratiques professionnelles des soignants concernés : du médecin généraliste ou spécialiste qui délivre à distance son diagnostic aux soignants « de terrain » en contact direct avec le patient.

Résumé :

A partir d’une approche combinant sciences humaines, plus précisément la sociologie du travail et des professions, et sciences médicales, le projet de recherche ProMéTé tente de comprendre comment les professionnels de santé réceptionnent et s’approprient les outils de télémédecine. Il s’agit d’analyser la manière dont ce groupe professionnel - dans sa diversité - compose avec un outil dont nous faisons l’hypothèse qu’il redéfinit les contours des métiers, qu’il impacte les organisations, qu’il modifie les relations et les pratiques professionnelles.

Inscrit sur une longue durée (36 mois) afin d’accéder aux différents stades d’appropriation des outils de télémédecine déployés courant 2012 sur le territoire régional, ce projet se fixe comme objectif d’apporter aux acteurs impliqués des informations afin de faciliter voire d’améliorer la prise en charge des patients, par extension de contribuer à la résolution de problématiques d’accès au soin sur le territoire régional.

Objectifs et finalités :

Ce projet de recherche vise à analyser l’impact du déploiement d’équipements de télémédecine sur les organisations et les pratiques professionnelles des soignants concernés : du médecin généraliste ou spécialiste qui délivre à distance son diagnostic ou avis aux soignants « de terrain » en contact direct avec le patient.

Le financement de l’équipement de structures de soins (EHPAD, UCSA, MSP) par l’ARS de la région Centre part de plusieurs constats : 1/ Le territoire régional se caractérise par une très forte hétérogénéité du point de vue de l’offre et de l’accès au soin : hétérogénéité géographique entre le Nord et le Sud (forte polarisation parisienne au Nord, axe ligérien concentrant la population et les activités économiques / services, difficultés démographiques et économiques au Sud...), hétérogénéité entre zones urbaines denses et zones rurales. 2/ Une demande croissante de soins et d’accompagnement due en grande partie au vieillissement de la population. 3/ Un vieillissement qui concerne également la profession médicale puisque plus d’un 1/3 des professionnels est âgé de 55 ans et + (baisse de 12 % de la densité médicale à l’horizon 2030). Constats auxquels s’ajoute la poursuite de la perte d’attractivité de la médecine « de campagne » pour les nouveaux diplômés. Du point de vue de ses initiateurs, le recours à la télémédecine apparaît comme un moyen de palier ces problématiques territoriales, de répondre à un double enjeu d’amélioration de l’accessibilité et du parcours de soin ("partout et pour tous") et de coordination entre les professionnels et les structures de soin. Au final, un moyen de rompre l’isolement du soignant et du malade...

Le projet vise à suivre le déploiement d’outils de télémédecine au sein de différentes structures de soins et d’analyser la manière dont les professionnels de santé -dans leur diversité- les réceptionnent et se les approprient. Il s’agit de repérer les formes de collaboration / coopération résultant de la mise en place de ces outils entre les différents groupes et acteurs impliqués dans l’accompagnement des patients. En quoi le recours à la télémédecine retravaille t-il les pratiques de soins (évolution des pratiques existantes, émergence de nouvelles pratiques) ? Qu’implique t-il en termes de cultures et de formation professionnelles, de la maîtrise technique à la mise en réseau d’une expertise partagée ou encore de la communication et de l’information des patients (responsabilité du diagnostic posé) ? La télémédecine facilite t-elle et sécurise t-elle l’accompagnement ? Quels sont les bénéfices perçus mais aussi les difficultés rencontrées, et par quelle(s) catégorie(s) de professionnels ? Observe t-on des résistances et/ou des formes d’adhésion, et si oui de la part de quels professionnels et sur quels arguments se fondent-elles ? La possibilité de recourir à ces équipements redéfinit-elle la relation soignant - soigné, plus spécifiquement pour les soignants directement au contact des patients (rassurer sur le diagnostic posé même à distance, confidentialité des données transmises, maintien d’une relation humaine soignant - soigné...) ?

Orienté sociologie du travail et des professions, le projet vise donc à comprendre comment un groupe professionnel -ici du champ médical-compose avec un outil dont nous faisons l’hypothèse qu’il impacte les métiers, les organisations et les pratiques professionnelles tout en s’inscrivant dans une volonté de résoudre diverses problématiques d’accès au soin sur le territoire régional.

Programme de travail :

Ce projet s’inscrit sur une durée de 36 mois. La compréhension des processus d’adhésion et de maîtrise d’une technologie, a fortiori lorsqu’elle agit sur les organisations de travail et les compétences professionnelles, est souvent complexe. Inscrire la réflexion sur le long terme permet de repérer finement les différents stades de réception et d’appropriation des outils de télémédecine. Le calendrier de réalisation de la recherche pourrait idéalement s’organiser de la manière suivante :

1 / T0 - T6 : en amont ou en parallèle du déploiement des équipements de télémédecine, nous réaliserons une première série de recueils auprès des professionnels concernés. Ces recueils s’effectueront dans les établissements retenus en accord avec les partenaires et à partir de critères pertinents (localisation géographique, types de prises en charge et de patientèle, profils et diversité des professionnels investis...). Cette première étape constituera un état des lieux sur les organisations existantes dans l’accompagnement des patients, sur la manière dont les professionnels gèrent les spécificités voire les difficultés territoriales (isolement géographique, offre de soins de premier et second recours). Il s’agira également d’évaluer comment les professionnels anticipent et projettent leurs pratiques et leurs collaborations professionnelles une fois les outils en place.

2 / T7 - T30 : cette étape fera l’objet de plusieurs recueils de données auprès des mêmes professionnels de santé et au sein des mêmes structures. L’objectif étant de saisir comment la télémédecine est perçue et appropriée, dans quelles conditions, avec quel impact sur les métiers et les collaborations entre intervenants, la répétition permettra de mettre à jour tout autant les bénéfices que les difficultés perçus dans la prise en charge des patients. Nous nous intéresserons en particulier aux arbitrages opérés et aux solutions trouvées, collectivement ou de la responsabilité d’un acteur spécifique. Tout au long de cette étape, les sociologues en charge de la recherche collaboreront avec leurs collègues - partenaires issus du champ médical, aussi bien pour les interpeller sur des points spécifiques (techniques ou organisationnels) que pour leur restituer les données issues des recueils de terrain. Voire pour apporter des ajustements dans le déroulement et/ou le contenu des recueils.

3 / T31 - T36 : cette dernière partie de la recherche consistera à analyser l’ensemble des matériaux recueillis, à mettre en perspective les données collectées aux différents stades afin d’identifier les points de dysfonctionnement ou d’interrogation persistants (ou apparus suite au recours à la télémédecine) mais également les bénéfices perçus, aussi bien dans la prise en charge des patients que dans l’organisation et la collaboration des soignants impliqués. L’enjeu étant également la formation des futurs diplômés (notamment infirmiers) à ces nouveaux outils, et à ce qu’ils impliquent du point de vue des pratiques professionnelles, nous fournirons à nos partenaires des éléments qui pourront potentiellement orienter le contenu des formations (Croix-Rouge, faculté de médecine...). Un travail important de valorisation des résultats est également envisagé. Les publics visés et la forme de cette valorisation seront décidés en collaboration avec les partenaires du projet.