CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Contrats > SEPage

COST

SEPage

Stratégies de transmission des Exploitations et Pratiques professionnelles en viticulture

par Muriel - 2 novembre 2016

Contrat débuté en 2016, achevé en 2019
Coord. : Françoise Sitnikoff

Résumé

Le secteur viticole connaît d’importantes évolutions qui interrogent aussi bien les modes de gestion et de valorisation des exploitations que leur devenir. Le projet SEPage propose ainsi d’étudier le processus qui conduit à la transmission des exploitations. À partir d’entretiens avec cédants et repreneurs, nous analyserons les pratiques professionnelles de viticulteurs, l’objectif étant de mettre à jour les liens d’interdépendance entre choix stratégiques et processus de transmission : en effet, il semblerait que le cédant adapte très en amont ses stratégies professionnelles en fonction du profil de son successeur potentiel, lequel a évolué ces dernières années. Les pratiques observées seront mises en perspectives avec le contexte viticole appréhendé dans le temps. Sur la base d’une méthodologie mobilisant la Sociologie, l’Histoire, le Droit et l’expertise du Vinopôle Centre Val de Loire et d’organisations professionnelles agricoles, il s’agira de mettre en évidence et d’analyser les dynamiques techniques et sociales innovantes en jeu dans la transmission d’une exploitation viticole en Région Centre Val de Loire.

Contexte de la recherche

Pour un viticulteur, comme pour tout agriculteur ou chef d’entreprise, le passage à la retraite est un moment clé. De nombreuses démarches administratives, juridiques et fiscales encadrent la cession de l’exploitation. Cette dernière est considérée avant tout comme support d’activités agronomique, commerciale et économique, ce qui tend à focaliser le regard sur l’acte de transmission. Or, ce dernier est souvent l’aboutissement d’un long processus amorcé des années en amont : l’exploitation est alors pensée comme un héritage, c’est-à-dire un patrimoine professionnel matériel et immatériel (vignoble, savoirs et valeurs professionnels, réseau, rapport à la vigne et au sol, statut de chef d’entreprise) qu’il faudra transmettre à un héritier en charge de le perpétuer. Au cours de sa vie professionnelle, le viticulteur détermine peu à peu à quel type de repreneur, dans quelles conditions et selon quel objectif il envisage de transmettre son exploitation, ce qui influence ses manières de faire : choix techniques, organisationnels et / ou commerciaux, activation de réseaux professionnels spécifiques. Les orientations prises par le viticulteur pour pérenniser le projet construit sur le long terme et la manière dont le repreneur s’en empare, résultent d’un savant dosage entre la continuité et le changement. Cette démarche relève d’une pluralité d’enjeux, au carrefour d’acteurs et d’institutions ayant tous un rôle à jouer. La complexité de ce processus est aujourd’hui décuplée par les évolutions importantes du secteur viticole : changements d’ordres démographique, technique, économique, institutionnel et juridique, auxquels s’ajoute l’émergence de nouveaux profils de successeurs. Ces évolutions diverses interrogent les stratégies adoptées par les cédants, leur représentation de la figure de l’héritier ou encore l’identité territoriale viticole en Région Centre Val de Loire.

Les objectifs de la recherche

Le projet SEPage propose d’aborder la question de la transmission des exploitations agricoles à partir du cas de la viticulture en région Centre Val-de-Loire et ce, en croisant l’observation du processus de transmission de l’exploitation et celle des pratiques professionnelles. Il s’agit de décentrer le regard d’une analyse purement économique ou sociotechnique – sans pour autant ignorer ces dimensions intrinsèques à l’activité – vers une analyse des interdépendances entre d’une part les choix techniques, d’orientation de la production, de modèle de commercialisation et d’autre part, les formes de valorisation du patrimoine qui impliquent des choix juridiques engageant la famille. L’objectif est de décrypter les stratégies individuelles et familiales en jeu dans le processus de construction du projet de transmission de l’exploitation. Nous nous attacherons à comprendre comment elles s’articulent – dans des contextes sociohistoriques, juridiques et économiques donnés – aux stratégies collectives qui conduisent à des dynamiques différenciées selon les appellations et les départements (par exemple, augmentation des surfaces de vigne dans le Cher, importance de la production biologique en Indre et Loire…).

Méthodologie

La recherche reposera sur des observations ethnographiques et le recueil de discours d’une soixantaine de viticulteurs. Il s’agira d’entretiens approfondis se présentant sous la forme de récits de pratiques professionnelles et de trajectoire, qui permettront de saisir à la fois les contours de la culture professionnelle, une diversité de configurations et l’histoire des spécificités territoriales. Ces configurations peuvent être liées à la cause de la transmission (retraite, maladie, dépôt de bilan, départ d’un associé, etc.), à la volonté ou non de transmettre, à la présence ou non d’un repreneur, à une transmission intra ou extra-familiale, au rapport aux savoirs et à leur transmission / circulation, au rapport au cadre réglementaire, au rapport à la famille et à l’histoire familiale, etc. Autant de facteurs qui conduisent à des situations de transmissions multiples. Aussi, certaines configurations seront étudiées en profondeur par les historiens et juristes à travers des études de cas qui permettront de comprendre comment les dimensions sociologique, historique et juridique se nouent à l’échelle de l’exploitation et du territoire régional. Il s’agit d’apporter une compréhension fine du contexte et des contraintes propres à chaque terrain d’investigation, que l’on peut capter à travers les pratiques professionnelles des viticulteurs. Certaines de ces observations seront filmées, en accord avec l’enquêté, et l’image servira à la fois de matériau d’analyse, de support d’échanges avec les différents partenaires et d’outil de valorisation des résultats de la recherche.

Autres membres de CITERES :

- Christèle Assegond, sociologue, Ingénieur de recherche, chercheur associée
- Guillaume Étienne, sociologue, Maître de conférences, chercheur équipe CoST
- Marie-Pierre Lefeuvre, sociologue, chercheur équipe CoST Samuel Leturcq, Maître de conférences, chercheur équipe LAT

Partenaires académiques

- Centre d’Expertise et de Transfert Universitaire (CETU)-ETIcS, Université François Rabelais, Tours http://etics.univ-tours.fr
- ÉA 6294 LÉA (L’Équipe Alimentation) ÉA 2108 LERAP (Laboratoire d’Études et de Recherche sur l’Action Publique)
- ÉA 2110 GERCIE (Groupe d’Études et de Recherche sur la Coopération Internationale et Européenne)
- ÉA 2116 CRDP (Centre de Recherche en Droit Privé)