CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Scharager Andrès

COST

Scharager Andrès

Une question d’état. Relocalisation de population et judiciarisation dans un conflit urbain à Buenos Aires

par Muriel - 30 novembre 2016

Thèse débutée en 2016

Direction : Patrice Melé en co-direction avec Gabriela Merlinsky (Université Paris 8)

Résumé :

Plus d’un tiers de la population de Buenos Aires habite dans le bassin de la rivière Matanza-Riachuelo, un territoire connu pour sa profonde dégradation environnementale et pour avoir été historiquement relégué par les pouvoirs publics.

En 2008, la Cour Suprême de Justice prononça un jugement qui oblige l’État National à élaborer un plan d’assainissement pour atteindre la « réparation de l’environnement ». Parmi les actions mises en place on trouve l’élargissement du service d’eau potable, le control de la pollution industrielle et l’« élimination d’obstacles » des bords du fleuve, où se situent des nombreux quartiers populaires. Dans la pratique, ceci a mis en marche un processus de réaménagement du territoire qui implique la relocalisation de plusieurs milliers de personnes.

L’ordre de relocalisation de la population des rives du Riachuelo a généré un processus d’organisation des voisins dont les expectatives et les intérêts ont eu tendance à diverger d’avec ceux des agences de l’État. En guise de résistance, ils ont convoqué des avocats commis d’office, qui ont désormais joué un rôle d’importance dans la conformation des répertoires d’action publique des personnes affectées. L’incorporation de ces avocats –appartenant à divers organismes du pouvoir judiciaire engagés dans la défense du « droit à la ville »– fait partie d’un phénomène plus général de judiciarisation des conflits urbains et environnementaux qui a engendré des mutations dans les stratégies et les langages avec lesquels les pauvres de la ville transitent et disputent sa position de subordination sociale.

Cette recherche se focalise sur les conflits déclenchés à partir de l’ordonnance de relocalisation. L’objectif général est d’analyser sa mise en œuvre en fonction de ses effets territoriaux ainsi que des relations créés entre les différents acteurs touchés par ce processus. En particulier, il s’agit d’examiner le rôle joué par les avocats et d’autres acteurs du champ du droit dans le développement des conflits dans les quartiers populaires affectés par les relocalisations. Analyser la mise en œuvre de ces politiques permettra d’observer un État en mouvement, loin des définitions statiques, c’est-à-dire, du point de vue de l’action publique. Cela apportera une approche aux dynamiques adoptées par les agences de l’État pendant le déroulement du conflit social.

On peut émettre trois premières hypothèses :

- D’une part, sur le rôle de la crise environnementale : si celle-ci fait partie de la question judiciaire elle-même, quelle est la place des références à l’environnement et aux risques dans les répertoires argumentatifs utilisés par les acteurs impliqués directement dans le processus de relocalisation de la population ? Les discours autour du déficit de logement de Buenos Aires ne prennent-ils pas plus place ?

- D’autre part, alors que le jugement « ordonne » la réparation de l’environnement et « l’amélioration de la qualité de vie », les affectés considèrent-ils cela comme un horizon désirable, ou au contraire, l’expérimentent-ils comme une menace à leur droit à l’usage du sol urbain ?

- Enfin, sur la place des avocats et des ONG convoqués par les affectés : Jouent-ils seulement un rôle de représentation légale et d’accompagnement formel ? Ou plus largement, dynamisent-ils activement l’organisation des affectés comme complément de leur stratégie juridique ?

Les quartiers où mon travail de terrain se focalisera sont les « Villas » 21-24 (caractérisé par sa résistance au déplacement vers une région éloignée de la ville) et Lamadrid (localisé sur des terrains où il existe un rapide processus de valorisation immobilière et de développement du tourisme). D’une part, j’utiliserai la technique de l’observation participante dans des assemblés de voisins dans le but de m’approcher au point de vu des affectés et aux modes d’interaction avec les avocats. D’autre part, je réaliserai des analyses de documents, ainsi que des entretiens en profondeur avec des fonctionnaires et des membres des organismes de l’État impliqués directe ou indirectement dans la relocalisation : le Tribunal Fédéral de Moron (en charge de la supervision de l’implémentation du jugement de la Cour Suprême de Justice), l’Institut du Logement de la Ville (responsable de la concession des solutions de logement et de la négociation avec les voisins affectés) et le Ministère Public de la Défense (organisme du pouvoir judiciaire en charge de la provision d’avocats commis d’office à la population vulnérable affectée par des politiques de l’État).