CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Contrats > IRCC

IPAPE

IRCC

Interfaces routes-champs cultivés : la gestion différenciée des bords de route induit-elle des problèmes particuliers d’adventices dans les champs cultivés ?

par Muriel - 13 janvier

Contrat débuté en 2014, achevé en 2015
(coord. : Francesca Di Pietro)

Résumé du projet :

La construction des Infrastructures Linéaires de Transports (ILT) a induit une destruction accrue des écosystèmes et une fragmentation du paysage. Cependant, leur rôle potentiel de corridor et d’habitats a été mis en évidence pour un bon nombre de taxons, notamment végétaux (Coffin, 2007). Les communautés végétales présentes sur ces éléments linéaires sont influencées par de nombreux facteurs agissant à différentes échelles spatiales. À l’échelle du paysage, il a été montré que la composition du paysage (e.g. la diversité d’habitats) influence la composition des communautés végétales (Aavik and Liira, 2010). À l’échelle locale, les pratiques de gestion comme la fauche ont une influence majeure sur ces communautés (e.g. Way, 1977). Ainsi, dans un contexte de raréfaction des habitats herbacés pérennes, typique des régions de plaine cultivée, où la surface en prairie permanente diminue de façon continue depuis plusieurs décennies, des actions locales de gestion différenciée des ILT sont expérimentées afin de conserver la biodiversité.

Dans ce contexte, nous avons étudié les bords des routes départementales d’Indre et Loire (objet du projet IRMA), dont certains sont fauchés tardivement par les Services Territoriaux d’Aménagement depuis 2009. Au sein de deux paysages de plaine cultivée (boisé et ouvert), nous évaluons si les pratiques de gestion influencent la diversité et la composition des communautés végétales sur la bordure route-champ cultivé, composée d’un accotement, d’un talus et d’une bordure intérieure de champ cultivé en céréales d’hiver (120 bordures). De plus, nous nous intéressons à l’acceptabilité de la fauche tardive par les acteurs locaux (agriculteurs) afin de voir si la mise en œuvre des programmes de gestion est opérationnelle. Nous faisons ensuite des préconisations de gestion qui seront applicables à d’autres ILT souvent en contact direct avec les champs cultivés, comme les voies ferrées ainsi que les pieds de pylônes et leurs emprises.

Voir en ligne : Présentation détaillée du projet