CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Kaedbey Rouba

EMAM

Kaedbey Rouba

L’efficacité des pratiques urbaines dans les quartiers irréguliers vers des nouvelles formes d’urbanité. La banlieue sud de Beyrouth (1950-2015)

par Muriel - 12 octobre

Thèse débutée en 2017

Direction : Nora Semmoud

En 2030, le nombre de personnes vivant dans les quartiers non-réglementaires devrait passer à deux milliards selon ONU-Habitat. Ce développement extrêmement rapide nous conduit à reconsidérer la compréhension de ce phénomène. Les habitats informels représentent aujourd’hui des polarités urbaines importantes au sein des métropoles du sud. A partir de l’exemple emblématique de la banlieue sud de Beyrouth (Liban), où les morceaux auto-construits représentent aujourd’hui les quartiers les plus affairés et les plus productifs de l’agglomération, l’objet de ce travail est d’examiner le passage des bidonvilles à des quartiers de ville, un phénomène qui a permis la génération de nouvelles formes d’urbanité.

Dans ce travail nous essayons d’apporter des éclairages au courant de penser les territoires auto-construits à travers l’exemple de Beyrouth. Aujourd’hui on pense les habitats informels d’une manière globale et internationale d’où l’intérêt et l’importance de construire un savoir à partir d’une diversité des situations urbaines. La banlieue sud de Beyrouth est l’un des plus grands bastions communautaires de la ville possédant son propre système de gestion contrôlé par Hezbollah. Sur le plan économique, ce territoire regroupe des activités économiques diversifiées qui lui permettent une autonomie et une autosuffisance. Les caractéristiques particulières de ce cas d’étude nous aident à explorer les zones d’ombre sur le processus du développement spontané et d’enrichir la collecte des connaissances sur ces terrains. Il s’agit de comprendre comment et pourquoi passe-t-on des bidonvilles à des quartiers de ville ? Quelles sont les nouvelles formes d’urbanités qui accompagnent cette transition ? Dans quel contexte socio-politique cette transition est établie ? Quels rôles jouent les acteurs urbains ? Quels ajouts l’exemple particulier de Beyrouth peut-il apporter à la recherche dans le domaine de l’habitat informel ?

A travers une méthode multidisciplinaire et sur une période de 65 ans, nous retraçons les phases de développement, créatif et adapté, élaboré par les habitants dans ce quartier. Ensuite nous analysons le rôle incontournable des acteurs politiques. Nous mettons l’accent sur les rapports de forces des acteurs urbains face à l’illégalité des activités et la précarité de l’habitation. Cette démarche suppose de travailler sur les éléments socio-spatiaux et politiques qui interviennent dans la redéfinition des quartiers non-réglementaires et leur intégration dans la ville.