CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Actualités > Journée d’étude « A l’écoute des migrations : de l’enquête à la médiation culturelle »


Journée d’étude

Journée d’étude « A l’écoute des migrations : de l’enquête à la médiation culturelle »

Organisé par Talia Bachir-Loopuyt, ICD et Hélène Bertheleu, CITERES-Cost, avec le soutien des laboratoires ICD, CNRS CITERES-Cost, du département de Musicologie de l’Université de Tours, de l’UFR Arts et Sciences Humaines

4 avril 2018

Soirée du 4 avril Jeudi 5 avril 2018, 9h30-17h30. Lieu : Université de Tours, Département de musicologie (Grande salle), 5 rue F. Clouet, 37000 Tours

Cette journée d’étude réunit des chercheurs, musiciens et opérateurs culturels autour de la question des liens entre musique et expériences migratoires. Comment enquête-t-on sur les pratiques musicales de l’immigration, comment les donne-t-on à voir et à entendre ? Dans quelle mesure les situations de migration influencent-elles les pratiques musicales ? Comment l’expérience migratoire est-elle mise en récit dans des projets artistiques et culturels et comment s’y articulent des enjeux mémoriels, esthétiques, politiques ?

Le premier temps de cette journée abordera des questions de méthodologie à travers des travaux relevant de différents champs disciplinaires (ethnomusicologie, sociologie, anthropologie). Dans un second temps, nous examinerons les questions qui émergent lorsque l’on rend visibles et audibles les « musiques migrantes » et ceux qui les produisent (qu’ils soient ou non issus de groupes d’immigration) par le biais de différents supports et dispositifs de médiation : disques, webdocumentaires, expositions, concerts, émissions de radio.

Soirée du 4 avril à partir de 18h

"D’ici et d’ailleurs. Histoires de musiciens en Touraine". Présentation de portraits réalisés par les étudiants du Département de Musicologie, suivie d’un concert du Trio Gülay (musiques d’Anatolie), dans l’auditorium du département de musicologie.

Programme de la journée d’étude du 5 avril

9h00-9h30  : Accueil 9h30-10h00 : Introduction, par Talia Bachir-Loopuyt, Hélène Bertheleu

Matinée  : "Repérer, identifier, comprendre : dispositifs d’enquête"

10h00-12 h00 : Interventions et discussion

- "Du son de la ville aux portraits de musiciens, les musiques migrantes de Saint-Étienne"

Anne-Damon Guillot, MCF en ethnomusicologie, Université de Saint-Etienne / CIEREC

Le projet « Comment sonne la ville ? Musiques migrantes de Saint-Étienne » (2014-2017, CIEREC/CMTRA) avait l’ambition de travailler à l’échelle d’une ville, n’écartant aucune des musiques issues de l’immigration. À la difficulté d’appréhender et de circonscrire un objet aussi pluriel s’ajoutait l’exigence d’un projet de triple nature : il s’agissait d’une part d’une démarche de collecte documentée, d’autre part d’un travail collectif à dimension pédagogique, enfin d’action culturelle. Nous verrons en quoi cette triple exigence a orienté tant notre recherche que ses modes de restitution et la manière dont nous avons abordé les parcours individuels et collectifs des musiciens ainsi que le cheminement singulier des musiques.

- "Musiques d’Algérie en mouvement : retour sur un travail d’enquête"

Gilles Suzanne, MCF en esthétique, Aix-Marseille-Université / Laboratoire d’Etudes en Sciences des Arts

Aux musiques correspondent toujours des moments et leurs hommes. Quand leurs contextes de production, de diffusion, de réception (publique ou/et critique), mais aussi leurs formes elles-mêmes, se déploient à travers des réseaux et des dispositifs humains qui s’étagent à différents niveaux du territoire, leur étude, tant esthétique que sociologique, ne saurait faire l’impasse sur les dynamiques circulatoires ou mobilitaires qui les sous-tendent, voire leur donnent sens. Comment suivre en actes ces musiques ? Quels concepts, arguments et notions permettent d’en rendre compte’

- "Enquêter sur les réseaux de musiciens d’Afrique de l’Ouest à Paris"

Claire Clouet, doctorante en anthropologie, EHESS Paris, Centre Georg Simmel

Dans ma présentation, je reviendrai sur trois années d’enquête dans la diaspora soninké (Mali, Mauritanie, Gambie, Sénégal) en Ile-de-France. L’enquête s’est déroulée en plusieurs étapes : j’ai d’abord intégré une troupe de danse, puis suivi les artistes de cette troupe dans les événements culturels qu’ils animaient (mariages, journées culturelles, élection de miss), avant de participer à leurs tournages de clip-vidéos. En revenant sur cette ethnographie, j’essaierai de rendre intelligible les réseaux d’acteurs et les techniques de visibilisation mobilisés par les artistes au sein et au-delà de leur diaspora.

Modération : Vincent Cotro, PR en musicologie, Université de Tours / ICD

Pause de midi

Après-midi  : "Faire entendre, faire voir : quels dispositifs de médiation ?"

13h30-16h30 : Interventions et discussion

- "Le concert comme mode de valorisation de la diversité : quelques actions d’alba Kultur (Cologne, Allemagne)"

Birgit Ellinghaus, directrice de l’agence alba kultur, consultante à l’Unesco et programmatrice musiques du monde (Alte Oper Francfort, Elbphilharmonie Hamburg, Berliner Philharmonie (2012-2016) et Klangkosmos NRW)

Cette communication réfléchira aux potentiels et limites du spectacle vivant (concerts, festivals, créations musicales) pour la valorisation de la diversité musicale d’un territoire. Après quelques éléments introductifs sur la Rhénanie-Westphalie et sur les différentes scènes musicales qui y cohabitent, j’évoquerai quelques actions menées par l’agence alba Kultur à l’échelle locale, régionale, nationale ou internationale, et les problèmes que soulève la présentation live de formes musicales plurielles. Que peut (et ne peut pas) un concert ? Quels écueils éviter ? Quelles nouvelles formes inventer ?

- Musiques du monde de Nanterre : une ethnomusicologie du proche pour un circuit-court de la culture

Nicolas Prévôt, MCF ethnomusicologie, Université Paris Ouest/Nanterre, CREM

Le webdocumentaire INOUI est le fruit d’un travail de formation à l’ethnomusicologie par la recherche-action, dans l’environnement immédiat de l’université de Nanterre. Il fait entendre des musiciens nanterriens de cultures très diverses et rend compte d’actions menées avec eux pour favoriser les rencontres dans la ville. Cette présentation abordera, à travers quelques extraits, les enjeux, les contraintes et les choix inhérents à ce projet, qu’ils soient épistémologiques, méthodologiques, économiques, éthiques ou politiques.

- "Médiations musicales dans l’exposition Histoires de migrations"

Hélène Bertheleu, MCF sociologie, Université de Tours- Citeres-Cost Pôleth M. Wadbled, chargée de mission Mémoires Plurielles, sociologue

Dans le cadre d’une exposition régionale sur les migrations (2017), investissant un lieu patrimonial (le musée) et s’adressant à de larges publics, associations, chercheurs et artistes se sont engagés dans un travail collaboratif long et riche, de façon à articuler étroitement les données scientifiques et l’approche sensible, notamment à travers diverses productions et médiations musicales. Nous reviendrons sur ces collaborations et leurs effets.

- "Le documentaire sonore comme mode de restitution des musiques de l’immigration"

Péroline Barbet, collecteuse et documentariste, M_Ondes.

Quelle est la spécificité du média sonore pour faire entendre les voix de l’immigration ? Les musiques de l’immigration ont constitué un des terrains d’exploration pour certaines de mes réalisations sonores (cf. le site M_Ondes : peroline-barbet.com). Mais quelle relation, quels décalages y a-t-il entre la réalité sociale observée et le récit sonore qui est produit ? Je reviendrai pour cette communication sur le projet « Place du Pont Production, des chansons du Maghreb » (CMTRA) et m’appuierai sur des extraits du documentaire sonore qui en est issu (produit pour l’émission « Sur les Docks », France Culture) pour parler des ressources et limites de ce mode de médiation, des formats particuliers qu’il implique. Comment le récit radiophonique vient-il prolonger, compléter, contredire, bousculer l’enquête ethno(musico)logique ?

Modération  : Julie Garnier, sociologue, Université de Tours / CITERES-Cost

17h00 : Discussion finale : "Musiques migrantes, musiques du monde : rendre audible pour qui, pourquoi ?"

avec François Bensignor (journaliste) et tous les intervenants

Modération : Talia Bachir-Loopuyt (ICD)

17h30 : Conclusion de la journée  : Talia Bachir-Loopuyt et Hélène Bertheleu