CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Actualités > Journée d’étude « Usage du numérique en pratiques professionnelles : une recomposition des espaces et du temps ? »


Journée d’étude

Journée d’étude « Usage du numérique en pratiques professionnelles : une recomposition des espaces et du temps ? »

21 juin 2018

Jeudi 21 juin 2018, 9h30-17h00, Polytech, Salle 111 (1er étage Polytech), 35 allée ferdinand de Lesseps, 37204 Tours

Qu’il s’agisse des activités de service - le télétravail, la télémédecine, l’administration, le tourisme -, des activités artistiques, intellectuelles ou manuelles au sens large (agriculture, industrie), l’usage croissant du numérique entraine de profondes mutations des temporalités, des espaces et des solidarités du monde contemporain. L’enjeu de cette journée d’études est de saisir plus spécifiquement dans le monde professionnel comment la généralisation de ces outils numériques recompose les espaces et les temporalités, et comment en retour l’usage professionnel qui est fait de ces outils « travaille » nos rapports au numérique. Contrairement à des craintes et des idées reçues assez répandues, le numérique n’entraine pas nécessairement une homogénéisation des pratiques et des représentations comme un usage parfois sans distance de termes le laisse supposer (régularisation, optimisation, aliénation, nouvelle forme de gouvernance, mobilité, régulation…). Loin des concepts de distanciation et de désimbrication formulés par Giddens, il va s’agir durant cette journée d’analyser le numérique non comme une catégorie analytique englobante mais comme un questionnement ethnographique, dans une approche fine et compréhensive de la manière dont les individus se saisissent du numérique dans leur pratique quotidienne professionnelle. De fait, si le numérique et les nouvelles technologies de l’information et de la communication ne sont pas intelligibles sans une analyse des nouvelles formes d’opérativité que Sloterdijk nomme « allotechniques », cela ne doit pas nous amener à négliger les processus opératoires à l’oeuvre à travers les structures de production ou de consommation qui se mettent en place localement pour produire de la diversité. Ainsi l’usage de nouveaux outils (Smartphone, GPS, ordinateur, outils connectés…) doit permettre de comprendre comment localement les acteurs ou les groupes sociaux investissent, selon leurs propres objectifs, à travers les usages, les mots et les représentations, les formes du numérique réalisant par la même leurs propres réimbrications et repositionnements de leur système de pensée et de valeurs. L’analyse de cette thématique se place résolument dans une perspective comparatiste solidement appuyée sur des ethnographies pratiquées à échelles différentes, en milieu urbain ou rural et dans des activités variées du quotidien.

Les intervenants sont invités à privilégier des matériaux de terrain en cours ou terminés, qui doivent amener à articuler des réflexions autour du temps et de l’espace, à travers les processus techniques et d’opérativités à l’œuvre dans les pratiques professionnelles et ainsi permettre une compréhension fine et inscrite dans la réalité de ces phénomènes et de leurs trajectoires.

Programme :

9h15-9h30 : Accueil

9h30-9h45 : Introduction de la journée

10h-12h30  : Session 1 : Localisation des savoirs professionnels et transformation des espaces

Discutant : Hovig Ter Minassian (université de Tours, CITERES)

- Emilie Mariat-Roy (PALOC, IRD-MNHN), « Un écran de fumée ? » : Analyse ethnographique des usages du numérique dans les activités de pêche artisanales et industrielle en Islande.

- Sarah-Anaïs Achache (université de Tours, CITERES, Tours Métropole Val de Loire) : Saisir les dynamiques territoriales en faveur des usages participatifs du numérique en contexte urbain : étude de trois cas français

- Jean-Philippe Fouquet (université de Tours, CITERES, CETU-ETICS) : « Villes intelligentes », les enjeux sociaux des politiques numériques de la ville.

14h-16h30 : Session 2 : transformation des pratiques et échelles de l’individu

Discutante : Nadine Michau (université de Tours, CITERES)

- Mathieu Triclot et Nicolas Simoncini (université technologique de Belfort-Montbéliard, FEMTO, STRECITS)  : Expérimenter une démarche d’« ethno-design » : un réseau de capteurs pour les pompiers

- Sophie Laligant (université de Tours, CITERES) : Nomadisation des objets du numérique et hybridation des espaces en agriculture (Sarthe)

- Bernard Buron (université de Tours, CITERES) : Éviter les conflictualités territoriales pour construire un accord : un des enjeux en télémédecine

16h30-17h : Conclusion générale

Renseignements et inscription :

- Hovig Ter Minassian
- Sophie Laligant