CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Contrats > CepAtlas : Atlas ampélographique historique de la France

LAT

CepAtlas : Atlas ampélographique historique de la France

Appel à Projets de Recherche d’Intérêt Régional

Contrat débuté en 2020, achevé en 2022
Pilotage : Samuel Leturcq

 

Présentation

La connaissance historique des cépages anciens recouvre trois enjeux : un enjeu culturel, patrimonial et oenotouristique ; un enjeu en termes de biodiversité ; un enjeu en terme économique. L’encépagement français est riche de 2000 ans d’histoire. On estime à 450 le nombre de cépages originaires de France (Lacombe 2002). Ce patrimoine, comme tant d’autres, est aujourd’hui en péril ; la diversité ampélographique ne cesse de s’appauvrir : depuis 1958 (enquêtes de l’IVCC, cadastre viticole), la part des 20 cépages majoritaires croît pour atteindre 86% de l’encépagement français en 2000 (Boursiquot). Pourtant, dans le même temps, des défis se font jour : défi du réchauffement climatique, défi sanitaire (résistance aux maladies dans un contexte de diminution de l’utilisation des intrants), défi commercial et réglementaire (évolution inévitable des cahiers des charges des appellations pour adapter les vignobles)… Le développement futur de la viticulture française passe par l’innovation, c’est-à-dire par la recherche de pistes nouvelles permettant d’assurer une pérennisation de l’activité, voire sa croissance, dans un domaine concurrentiel : nous avons plus que jamais besoin non seulement de conserver la diversité du matériel végétal, mais encore d’explorer les conditions d’utilisation de cette diversité dans le cadre des sociétés anciennes.

JPEG - 45.8 ko
Vignes de Vincent Chauvelot à Vesdun, plantées en cépage Genouillet

CepAtlas souhaite apporter une connaissance précise des transformations du patrimoine ampélographique français dans le temps long en répondant à deux questions simples : quand ? où ? L’histoire ampélographique est conçue comme une trajectoire partant du passé pour aller vers l’avenir. CepAtlas propose de construire un atlas de cartes accompagnés de notices explicatives, organisé autour de trois volets : le premier est proprement historique ; le deuxième aborde le présent ; le troisième aborde l’avenir et est prospectif. CepAtlas propose aussi de contribuer à la construction d’outils de valorisation patrimoniale pour le développement de l’industrie oenotouristique, et pour la construction de stratégies marketing scientifiquement fondées, en livrant des données adaptées et spécifiquement structurées. Pour mener à bien ce projet, CepAtlas réunit des partenaires possédant l’expertise nécessaire dans 5 domaines essentiels pour la réussite du projet éditorial :

1 - Construction d’une base de données historiques et récolement d’informations

Pilotage par CITERES, spécialement le Laboratoire Archéologie et Territoires (LAT) qui possède les compétences et le réseau nécessaire en matière d’histoire viticole et ampélographique. Il s’agit de récupérer l’ensemble des données ampélographiques présentes dans les sources suivantes :

  • enquête de l’intendant de Bordeaux Dupré de Saint-Maur en 1782-1784, soit des milliers de données qui renseignent l’encépagement des anciennes provinces d’Aix, Auch (Pau), Bordeaux, Dijon (jusque Mâcon et Bourg-en-Bresse, mais sans la Basse-Bourgogne), Toulouse-Montpellier (Languedoc), Montauban, Clermont (Auvergne, Riom, Moulins), Bourges, Paris (dont la Basse-Bourgogne et Troyes, soit une partie de la Champagne), Soissons et Metz, auxquels il faut ajouter une note pour Angers.
  • enquêtes préfectorales lancées au tout début du XIXe siècle (série M des archives départementales). Ce sont plusieurs milliers de données à l’échelle communale ou cantonale) qui permettent de renseigner les régions viticoles pour lesquelles l’enquête de Dupré de Saint-Maur ne livre aucune donnée : vignobles de la vallée du Rhône et des Alpes, ceux de la Loire en aval du Berry (Orléanais, Anjou, Pays nantais), ceux du Centre-Ouest (Poitou, Aunis, Saintonge), ceux de l’Alsace, du Jura, du Roussillon et de la Corse. Les régions qui ne possèdent pas de réputation viticole seront aussi explorées, de manière à offrir un tableau aussi complet que le permettent les données disponibles.
  • inventaires des collections ampélographiques antérieures à la crise du phylloxera et les écrits des ampélographes et œnologues.
  • décrets d’appellation AOC/AOP présents sur le site de l’INAO (sondages).
  • liste des cépages autorisés par département d’après le catalogue officiel des variétés de vignes cultivées en France.
  • cadastre viticole de 1956-1958 : des sondages sont envisagés pour quelques communes, et une cartographie est possible à l’échelle départementale (base documentaire disponible au CRB Vassal-Montpellier, INRA et Montpellier SupAgro).
JPEG - 88.7 ko
AD49 - 7M72
Réponse du préfet du département du Maine-et-Loire au Ministre de l’intérieur pour la constitution de la pépinière du Luxembourg (24 Germinal an 12).

2 - Cartographie, partage et publication des données

Les compétences de l’atelier numérique de la MSH VdL, associées à celles de CITERES, en particulier pour le pilotage du consortium MASA de la TGIR Huma-Num, permettront de proposer un atlas numérique en deux volets sur le modèle de l’Atlas archéologique de Touraine. Le premier volet est la publication de l’atlas à proprement parler constituée de notices courtes pour commenter une ou des cartes descriptives et analytiques. Il est fondé sur un système d’information géographique qui constitue le second volet permettant d’enregistrer et d’analyser les données afin de produire les cartes de l’atlas. Le système, qui fait appel aux techniques de webmapping, permet la publication des données à des fins de consultations et de partage. Il est conçu dans le respect des principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable) qui régissent les bonnes pratiques de l’OpenData. Le système d’information permet ainsi de publier l’intégralité du jeu de données constitué par le programme dans le web sémantique (Linked Open Data).

JPEG - 34.4 ko
Vignoble d’Azay-le-Rideau en 1820 (VitiTerroir)

3 - Territorialisation de l’impact du changement climatique

Pilotage par CITERES, spécialement l’équipe « Dynamique et Action territoriales et environnementales » (DATE) en partenariat avec le VinoPôle d’Amboise, pivot pour la filière Vigne et vin de la région Centre-Val de Loire, et en relation étroite avec le programme européen CLIMENVI (piloté par Michel Badier, Chambre d’agriculture du Loir-et-Cher) qui travaille à élaborer des stratégies de construction de chemins d’adaptation, parmi lesquelles l’évolution des encépagements occupe une place majeure. De ce fait, CepAtlas rejoint les préoccupations des programmes Laccave et Oracle (Observatoire Régional sur l’Agriculture et le Changement cLimatiquE) dont les données de projection ClimA-XXI (Climat et Agriculture au XXIe siècle) sont en cours de déploiement pour la France entière (57 départements couverts en 2019), et sont remobilisées pour territorialiser les impacts du changement climatique sur l’encépagement. Une étude plus précise à l’échelle de quelques appellations de la région Centre-Val de Loire est prévue (entretiens auprès de viticulteurs).

4 - Diversité ampélographique abordée à partir des données génétiques et biochimiques

Collaboration de BBV, DAAV, CRB, URGC et VinoPôle. La diversité ampélographique est ici mobilisée à partir des données biochimiques (analyses métabolomiques menées par BBV), agronomiques et génétiques (base de données du CRB et de DAAV). Les échantillons sont prélevés au CRB de l’INRA-Vassal Montpellier (34) qui regroupe environ 2800 cépages et au conservatoire de Tranzault (36) pour les cépages du Val de Loire. L’objectif est d’étudier la diversité métabolique parmi les nombreuses variétés de Vitis vinifera européennes, en autre, en fonction de leur origine géographique (Caucase, Maghreb, Balkan, péninsule Ibérique, Europe centrale et ouest…), parmi des variétés hybrides, c’est-à-dire issues de croisement entre V. vinifera et d’autres espèces appartenant au genre Vitis sp. Cette diversité métabolique est également abordée à l’échelle du patrimoine ampélographique régional avec la collecte d’échantillons issus de cépages rares régionaux en association avec l’URGC. Le travail sera mené en trois temps :

  • Caractérisation biochimique des cépages : collecte des échantillons et de cépages rares du Val de Loire. Broyage extraction et analyse des extraits par UPLC-MS. Analyse statistiques multivariées (PCA, PLS-DA, HCA).
  • Diversité morphologique, agronomique et génétique des cépages : Le fonds documentaire de référence du CRB Vassal-Montpellier est mobilisé. Il contient de nombreuses données acquises dans la collection durant des décennies qui caractérisent les cépages pour des paramètres viticoles d’intérêt. Ces données originales sont complétées par des informations de diversité génétique (marqueurs de type SSR-Simple Sequence Repeats et SNP-Single Nucleotid Polymorphism) de l’équipe DAAV (Diversité, Adaptation et Amélioration de la Vigne) de l’UMR AGAP (Amélioration génétique et adaptation des plantes méditerranéennes et tropicales) qui est le laboratoire français de référence sur cette question.
  • Exploration des données : Regroupement hiérarchique des données biochimiques et génétiques. Comparaison des niveaux de similitudes. Synthèse cartographique.
JPEG - 67.2 ko
Amigne (Traité général de viticulture Viala-Vermorel)

5 – Transferts de données structurées pour la construction d’outils de valorisation patrimoniale pour le développement de l’industrie oenotouristique, et pour la construction de stratégies marketing

Le projet CepAtlas envisage aussi un volet de transfert des données pour contribuer à la construction d’outils de communication oenotouristique utilisant les NTIC. La société « La compagnie des mobilités », qui développe l’application « GéoVélo », est en effet intéressée de développer des parcours thématiques oenotouristiques pour les promeneurs à vélo ; ce projet rejoint celui d’Iter Vitis France, qui porte en France le concept de l’Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe, et accompagne et fédère les régions viticoles autour de ce projet de valorisation patrimoniale. Dans le contexte d’une recherche d’individualisation marketing des appellations, mais aussi d’une quête de l’authenticité qui se traduit souvent par la renaissance de cépages jugés identitaires, la question de la diversité ampélographique est fondamentale, et anime les stratégies économiques et la communication de nombreuses appellations. C’est cette dimension qui intéresse tout particulièrement la société « Terroir Manager » pour être partenaire du programme CepAtlas. Terroir Manager, spécialiste du (re)développement des territoires via des stratégies culturelles à forte valeur ajoutée, intervient auprès des interprofessions viti-vinicoles pour élaborer des stratégies marketing de développement économique en utilisant le potentiel culturel souvent très important, mais sous-exploité, des territoires. Enfin, CepAtlas participe à la valoriser culturelle du patrimoine ampélographique, auprès de l’URGC et de l’association « Rencontres des cépages modestes ».

JPEG - 63 ko
Chichaud (Traité général de viticulture Viala-Vermorel)

Partenaires académiques :

Partenaires non-académiques :

Soutiens :



Ce contrat s'inscrit dans l'axe de recherche Axe 3 - Flux, échanges et aires culturelles