CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Actualités > Soutenance de HDR Sophie Laligant


Soutenance HDR

Soutenance de HDR Sophie Laligant

« Faire l’expérience des catégories. Pour une anthropologie des sociétés contemporaines »

29 juin 2020

Lundi 29 juin 2020, 13h30, INALCO, Paris (la soutenance n’est pas publique)

Devant le jury composé de :

  • Mme Catherine CAPDEVILLE-ZENG Professeure des universités, INALCO, Paris, rapporteure du jury.
  • Mme Barbara GLOWCZEWSKI Directrice de recherche, CNRS LAS, Collège de France, Paris, présidente du jury.
  • M. Georges GUILLE-ESCURET Directeur de recherche, CNRS Centre Norbert Elias, Marseille, rapporteur du jury.
  • Mme Laure EMPERAIRE Directrice de recherche, IRD MNHN, Paris, membre du jury.
  • Mme Brigitte FAUGÈRE Professeure des universités, Paris I, membre du jury.
  • Mme Isabelle LEBLIC Directrice de recherche, CNRS LACITO, Paris, garante et membre du jury.
  • Mme Nicole MATHIEU Directrice émérite de recherche, CNRS Ladyss, Paris, rapporteure du jury.
  • M. Jean-Michel SERVET Professeur émérite, Institut des Hautes Études internationales et du développement, Genève, membre du jury.

Résumé du Volume 1 :

Ce volume inclut un manuscrit qui analyse, avec une approche d’anthropologue, mes recherches dans une comparaison entre différents types de matériaux sur des terrains en archéologie et en ethnologie situés au Mexique, Honduras, Costa Rica, États-Unis et en France. Tous ont en commun d’interroger les classifications et les catégories autour d’une réflexion à la charnière entre épistémologie des sciences, anthropologie sociale, anthropologie linguistique, ethnosciences en lien avec les transformations que les groupes sociaux affrontent dans leurs rapports au vivant, aux objets et au monde qui les entourent. Ce travail n’est pas tant un texte de synthèse de mes travaux qu’une démonstration inédite autour de la question épistémologique et méthodologique des pratiques langagières et d’élaboration des catégories qui croisent les relations sociales à l’environnement et aux écosystèmes au sens large, et qui par delà donnent accès aux représentations et aux projections cognitives que les gens en ont. Je propose dans ce mémoire une réflexion cheminant des sériations et classifications typologiques en archéologie, à l’ethnosémantique structurale des ethnosciences jusqu’aux stratégies langagières, relationnelles et non individuées des catégories que condense le concept de valeur-transcatégorielle que j’élabore in fine pour de nouvelles recherches à venir. Cela m’amène notamment peu à peu à interroger à partir de mes différents thèmes de recherches (certification, nomination des personnes, des espaces et des choses aux sens large, monnaie végétale, argent chez les étudiants kanak boursiers, numérique chez les agriculteurs etc.) les logiques de souveraineté en perspective comparative avec d’autres logiques qui sont celles de la pluri-appartenance et de la pluri-identité dans les sociétés actuelles en pleine mutation. En éclairant les concepts de normes, de contournements normatifs, d’interstices et de fragmentation, je propose une méthode d’approche pour appréhender les groupes sociaux qui se trouvent face à des processus d’innovations volontaires ou forcés et à des injonctions institutionnelles. L’expansion d’un modèle libéral, économique et marchand occidental de production et de captation à l’ensemble des sociétés interroge les stratégies dont les groupes sociaux et/ou les individus se dotent pour y faire face et trouver de nouvelles formes d’expressions et de valeurs - parfois hybrides - pour un statut qui leur est généralement dénué par l’autorité ou les institutions en place.