CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Dupuy Gaëlle

COST

Dupuy Gaëlle

« La collaboration de la biodiversité et du spectateur dans les créations artistiques de Susanna Bauer et Lorenzo Duran »

par Muriel - 8 février

Thèse débutée en 2020

Direction : Sophie Laligant en co-direction avec Géraldine Le Roux

Projet de thèse :

Depuis plusieurs décennies et en particulier depuis la Conférence sur l’Environnement en 1972 à Stockholm, l’humain tente de trouver des solutions aux problématiques environnementales tels que le réchauffement climatique, la préservation de la biodiversité ou encore la pollution à l’échelle mondiale. Cela a fait naître chez certains une prise de conscience écologique qu’ils vont exploiter en créant avec la nature. Quelques uns d’entre eux, n’appartenant ni au Land art, ni à l’Art végétal et minéral, mais appartenant à une nouvelle génération d’artistes, vont créer en prélevant des éléments dans la nature comme des feuilles mortes, des branches ou des pierres. Ces matériaux seront au centre de leurs créations et tenteront, à travers l’image que les artistes leur donnerons, de traduire une réflexion, un ressenti, une préoccupation sur la relation de l’Homme à la nature,sur son impact environnemental. Ainsi Susanna Bauer, artiste allemande vivant en Angleterre, créée des broderies autour de matériaux prélevés dans la nature. Elle montre à travers la complexité des nœuds, l’équilibre entre la fragilité de la feuille séchée et la force du fil, la complexité des relations humaines à l’environnement. Lorenzo Duran, artiste espagnol, quant à lui, crée principalement en ciselant des feuilles mortes. Il s’adapte aux aspérités de la feuille, crée des formes, un nouveau paysage, une nouvelle vie à l’objet mort. Ces artistes collaborent alors avec la biodiversité mais aussi avec leurs« spectateurs », voire avec des collectionneurs, leurs« clients » pour créer des œuvres. Cette thèse tente,à travers les créations de ces deux artistes, de penser l’œuvre comme un actant et non plus comme un étant. Il s’agira également de comprendre le positionnement de ces artistes face aux polémiques environnementales actuelles et la place qu’il prend dans leurs œuvres mais également la place de leurs « spectateurs »/ « clients ». Pour cela l’accompagnement de ces artistes sur leur terrain, au sens d’enquête ethnographique et d’entretiens formels et informels,sera nécessairement mené, dans une approche d’anthropologie multisituée, pour répondre aux problématiques que ces artistes soulèvent.