CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Aubois Valentin

ipape

Aubois Valentin

« Acceptabilité sociale face aux alternatives au tout-à-l’égout en milieu urbain. Les toilettes et la collecte des urines : un problème de design ? »

par Muriel - 20 septembre 2021

Thèse débutée en 2021

Direction : Denis Martouzet en co-direction avec Suzel Balez maîtresse de conférences à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette et chercheure au Cresson

Résumé

Le projet de recherche souhaite montrer que la mise en place d’alternatives aux toilettes conventionnelles nécessite de s’intéresser autant aux conditions d’acceptation de ces nouveaux systèmes (la réception), qu’aux questions techniques et esthétiques (la conception) qui leur sont liées. L’ambition est de confronter la notion d’acceptabilité sociale aux alternatives existantes et à venir concernant le système d’assainissement conventionnel (toilettes à chasse d’eau, tout-à-l’égout, station d’épuration).

Afin de comprendre les dynamiques d’acceptation des alternatives proposées, il s’avère nécessaire de s’intéresser aux conditions de mise en place de ces systèmes, c’est-à-dire d’analyser les facteurs moteurs (dont les valeurs éthiques et les croyances) et les facteurs bloquants (dont la corporéité, les imaginaires individuels et collectifs, et les mœurs culturels et cultuels) en jeu, liés à des éléments contextuels (territoire, culture). La collecte des urines met en jeu plusieurs échelles (l’objet, le bâtiment et les différents territoires emboîtés), correspondant aux différents dispositifs techniques utilisés, soit aux différents éléments de ces dispositifs, eux-mêmes corrélés à leurs procédés de fabrication. Toutefois, les différents composants du système conventionnel d’assainissement montrent également que la question passe du corps (miction) au territoire (rejet), au travers d’une triple articulation : corps-objet, objet-bâtiment, et bâtiment-territoire.

Le design, en tant que discipline qui se fonde sur l’usage, permet de prendre en charge la question de la déconnexion du tout-à-l’égout au profit d’alternatives soutenables, en collaboration étroite avec d’autres champs disciplinaires.