CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Contrats > PATAMIL

ipape

PATAMIL

Équité alimentaire et projets alimentaires de territoire - Région Centre -TAMIL Nadu, regards croisés

par Muriel - 11 janvier

Contrat débuté en 2022, achevé en 2024
Coord. : Laura Verdelli

Dressé par les chercheurs du Cedete, de Citeres, du Gécho, de l’Institut Français de Pondichéry, des universités indiennes de Madras et de Pondichéry, mais aussi par les structures dédiées (Resolis, RTR Alimentation, IEHCA, Inpact), le constat est celui d’une alimentation à deux vitesses : une respectueuse de l’environnement et des producteurs, constituée de denrées de qualité provenant de circuits locaux et courts s’adressant à un public aisé ; l’autre constituée de produits de plus mauvaise qualité, souvent transformés, venant de loin, produits dans des conditions environnementales désastreuses, s’adressant à des populations peu aisées. L’objectif de PATAMIL est de lutter contre ce système au nom de la démocratie et de l’équité alimentaires, et ce en identifiant concrètement des stratégies favorisant la justice alimentaire. Convaincus que le transfert d’expérience entre la région Centre et le Tamil Nadu est fécond, PATAMIL engage des recherches opérationnelles croisées sur 4 sites locaux et 4 indiens définissant les conditions de mise en place de systèmes alimentaires équitables. L’originalité du projet réside dans l’implication des jeunes des deux pays, dans l’implication des collectivités territoriales (Pays des Châteaux, PETR Centre-Cher et Gâtinais-Montargois, Communauté de Communes de Loches-Touraine), et dans celle des acteurs de la solidarité internationale (CENTRAIDER, ASIE, Dhan Foundation, INDP...). CentreSciences assurera la diffusion grand public des résultats.

Objectifs et finalités

Quatre constats sont partagés par les acteurs de la transition alimentaire en région Centre et au Tamil Nadu, et par les chercheurs s’intéressant aux questions de la démocratie alimentaire. Le premier est celui d’une alimentation à deux vitesses : une respectueuse de l’environnement et des producteurs, constituée de denrées de qualité provenant de circuits locaux et courts s’adressant à un public aisé ; l’autre constituée de produits de plus mauvaise qualité, souvent transformés, venant de loin, produits dans des conditions écologiques désastreuses, s’adressant à des populations peu aisées, voire démunies (ces dernières étant souvent nourries par les invendus de la grande distribution). L’objectif est de lutter contre ce système au nom de la démocratie, de la justice et de l’équité alimentaires. Le deuxième constat repose sur la nécessité d’une recherche-action opérationnelle visant à repérer les initiatives offrant aux populations peu aisées des produits de qualité et soucieuse d’impliquer les territoires concernés (Pays des Châteaux, PETR Centre-Cher et Gâtinais-Montargois, CC de Loches-Touraine, secteurs indiens de Pondichéry, Maduraï et Jawadhi Hills). RESOLIS qui accompagne les projets alimentaires des territoires et qui les encourage à capitaliser les initiatives de terrain jouera là un rôle clé afin notamment de repérer et de diffuser les dynamiques de transition. Le troisième réside dans les angles morts de la recherche sur l’injustice et l’équité alimentaires, les travaux scientifiques sur la démocratie alimentaire, peu nombreux, attendant des retombées opérationnelles. Cette tâche, plus conceptuelle, vise à partir des travaux effectués, en synergie avec les réseaux existants et à partir des résultats franco-indiens de PATAMIL, à dresser tout à la fois une mise au point épistémologique des termes utilisés, mais plus encore à identifier des pistes concrètes de remédiation. Le quatrième constat partagé s’articule autour des bienfaits de croiser regards et expériences avec des terrains plus lointains comme ceux du Tamil Nadu, l’innovation n’étant plus le seul apanage des pays du Nord, et ce tant sur le plan des politiques alimentaires que des stratégies des acteurs locaux pour construire des circuits de qualité et équitables. En outre, le Tamil Nadu étant une des 5 régions prioritaires de la politique de coopération décentralisée de la Région Centre, ces échanges sont nourris par de longues et fécondes interrelations. L’objectif est aussi, via l’IECHA, le réseau RTR Alimentation, le réseau RESOLIS et les autres réseaux alimentaires régionaux, de montrer en quoi les stratégies de lutte contre l’injustice alimentaire peuvent constituer des modèles susceptibles d’intéresser les deux régions. L’objectif est également d’impliquer les jeunes des deux régions (étudiants de toutes les universités, élèves du Lycée français de Pondichéry, du Lycée en Forêt de Montargis, du Lycée agricole de Bourges, des lycées hôteliers des deux pays) dans des échanges solidaires multiculturels portant sur le patrimoine alimentaire et gastronomique et sur l’équité alimentaire. Public éloigné ou empêché, ces jeunes sont partie prenante de PATAMIL. Enfin, avec CentreSciences et l’IEHCA, l’objectif est de diffuser les résultats de PATAMIL vers le grand public et de décloisonner recherche scientifique et vie quotidienne.

Autre(s) laboratoire(s) participant(s) :

CEDETE GéHCO

Partenaires académiques

France

  • CEDETE univ Orléans
  • CITERES univ Tours
  • GéHCO univ Tours

Inde

  • IFP Institut français de Pondichéry
  • Université de Pondichéry
  • Madras University

Partenaires non académiques

France

  • IEHCA + RTR Alimentation
  • CentreSciences
  • A.S.I.E.
  • RESOLIS
  • CENTRAIDER
  • Pays des Châteaux
  • Lycée en Forêt de Montargis

Inde

  • Dhan Foundation