CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Contrats > IMAGIN-E

EMAM

IMAGIN-E

Alter-citoyens au Moyen-Orient. Inventer les résistances en temps de violence

par Muriel - 13 janvier

Contrat débuté en 2022, achevé en 2025
Coord. : Stéphanie Latte-Abdallah, chargée de recherche HRD, CERI – SciencesPo Paris

Résumé

Depuis une décennie, des alternatives et inventions citoyennes ont émergé au Moyen-Orient dans des situations de conflit marquées par différentes formes de violence, où les États sont absents ou contestés parce qu’ils sont considérés défaillants, corrompus ou, a contrario, trop autoritaires. IMAGIN-E fait l’hypothèse que ces contextes de crise génèrent des inventions et des résistances qui constituent des alternatives politiques, économiques et écologiques dont la portée est plus directement et radicalement politique. Pour les citoyen·nes qui les mettent en œuvre, ces engagements conjuguent en effet une nécessité politique, une nécessité économique et une nécessité environnementale et renvoient, en partie seulement, à d’autres formes d’innovations sociales dans les domaines de l’économie solidaire, de la décroissance et de l’écologie sociale. Ces situations sont ainsi particulièrement heuristiques pour notre compréhension des engagements alternatifs en général et de pratiques préfiguratives qui ont été jusque-là essentiellement étudiés en Europe et en Amérique du Nord et du Sud. Contrairement aux mobilisations et aux mouvements sociaux qui ont jusque-là fait l’objet des travaux dans cette région, ces engagements alternatifs ne destinent pas leurs revendications aux gouvernants et aux organisations politiques instituées. Ils sont avant tout pragmatiques et mobilisent par des pratiques productives et entrepreneuriales, dans une perspective d’autonomie. Ils se concentrent sur la restauration de formes localisées de souveraineté et sur le développement de solidarités et de réseaux horizontaux, entre pair·es, au niveau des citoyen·nes, ici et maintenant. A partir d’une méthode ethnographique et pragmatique, IMAGIN-E propose une étude inédite et multi-située d’anthropologie politique visant à développer des perspectives communes sur des mobilisations alternatives qui ont émergé en divers lieux du Moyen-Orient, transforment à bas bruit mais radicalement le paradigme de la protestation dans la région, et inventent d’autres manières d’être et de se faire citoyen. Ces initiatives citoyennes allient inventions et réinventions de traditions, de modes de production, idées et pratiques anciennes ou historiques renouvelées, inspirations novatrices glocales et pratiques translocales, entre mémoire, créativité sociale et utopie. IMAGIN-E entend retracer les généalogies hybrides et les cycles de vie de ces alternatives et portera ainsi l’accent sur les circulations des personnes (réfugié·es, militant·es, citoyen·nes) des idées, des modèles et savoir-faire, des produits et des objets (petits systèmes de production d’énergie, semences, etc.) au sein de l’espace moyen-oriental et méditerranéen. Nous entendons ainsi tracer les contours d’une babel hybride, et pourtant profondément émique, d’alter-citoyennetés et d’alter-résistances au Moyen-Orient. Ce projet étudiera leurs interactions avec les politiques étatiques et les autres acteurs institutionnels, et leurs effets sur l’organisation du pouvoir, les transformations ou les reproductions des espaces dominants, des relations et des inégalités sociales, de genre ou les processus de racialisation. IMAGIN-E mettra en évidence les moments de ruptures collectives et individuelles, les bifurcations biographiques, les trajectoires et les vécus sensibles qui construisent ces nouvelles subjectivités politiques. Nous envisageons ces alter-citoyennetés émergentes dans leur dimension véritablement holistique tant dans leur matérialité que dans leurs affects, leurs dimensions existentielles, sensibles et imaginaires. Ces engagements alternatifs revêtent en effet une dimension affective, sensible et mémorielle centrale, et une préoccupation écologique immédiate qui réinscrivent dans l’histoire partagée des lieux et des relations. A partir de la notion d’appartenance, mais aussi de citoyenneté sensible nous entendons réfléchir à des réappropriations, aux manières dont sont mises en jeu des valeurs contre-hégémoniques afin de décoloniser et de déséconomiser les imaginaires. En accord avec ce projet, nous proposons une approche originale et une méthodologie dédiée alliant plusieurs disciplines des sciences sociales, une approche résolument ethnographique à des moyens sensibles et participatifs de production et de diffusion de la connaissance.

Coord. pour CITERES  : Bénédicte Florin

Autres participants CITERES : Gülçin Erdi, Florence Troin

Autre(s) laboratoire(s) participant(s) : CERI – SciencesPo Paris

Information colloque « D’autres guerres. Affronter la violence économique et politique contre le vivant (Moyen-Orient) », 6 avril 2022, CERA, Paris.