CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > L’équipe LAT > Programme scientifique > Axe 2 - Architecture et techniques de construction

Axe 2 - Architecture et techniques de construction

Responsables : Thomas Creissen et Frédéric Epaud

Ce nouvel axe est lié à l’arrivée fin 2007 de Frédéric Epaud comme chargé de recherche au CNRS et de Thomas Creissen, recruté en 2009 comme maître de conférences en art et architecture du Moyen Âge. Cet axe comprend de nouvelles approches pour le LAT avec l’expérimentation architecturale et l’ethnoarchéologie ainsi qu’un volet méthodologique sur l’archéologie du bâti et l’acquisition et la modélisation 3D qui renforceront l’axe transversal archéomatique. Les travaux menés dans cet axe seront l’occasion de renforcer des collaborations avec les spécialistes de l’architecture de la Renaissance au CESR. Un des enjeux des recherches de cet axe sera d’établir les apports des méthodes mises en œuvre, en particulier pour les techniques 3D envisagées ici comme une aide à la production de connaissances plutôt que comme un outil de représentation. L’axe 2 est organisé en deux thèmes distinguant les matériaux de construction.

Thème 1 - Archéologie de la construction en bois

Ce thème réunit les recherches menées sur l’architecture en bois de la protohistoire à l’époque contemporaine. Il aborde à la fois les constructions sur poteaux plantés ou sablières basses dont l’archéologue ne lit que les négatifs, ce qui concerne surtout la Protohistoire et le haut Moyen Âge, et les constructions en bois subsistantes qui appartiennent à un Moyen Âge plus tardif, en particulier les charpentes dont F. Epaud est l’un des spécialistes français. Selon des approches distinctes, seront abordées des questions touchant au bois d’œuvre (types de bois utilisés, ressources forestières, sylviculture…), aux techniques de charpenterie (taille des bois, marquages, outils, tracés d’épure…) ainsi qu’aux transformations des structures de charpentes médiévales dans l’architecture religieuse, civile et militaire. Les enjeux sont les suivants :
- étudier les nouvelles formes de charpentes qui apparaissent à l’époque romane et gothique dans le Nord-Ouest de la France et comprendre la transition de la charpente romane à la charpente gothique et son influence sur les transformations de l’architecture médiévale en pierre religieuse et civile ;
- développer l’approche dendroarchéologique pour une meilleure compréhension du bois d’œuvre et de la sylviculture médiévale ;
- comprendre l’architecture à poteaux plantés par l’apport de l’ethnoarchéologie et de la restitution expérimentale pour l’interprétation des plans de fouille des constructions en bois de la protohistoire au haut Moyen Âge.

Thème 2 - Archéologie de la construction en pierre

Ce thème porte principalement sur l’architecture antique et médiévale des édifices publics et privés.

Les recherches abordent différents aspects de l’architecture religieuse chrétienne d’Occident de ses origines au 12e siècle, à des échelles spatiales distinctes. Un premier objectif est de répondre aux questions de l’implantation topographique des premiers établissements chrétiens, avec le réemploi ou non d’édifices antiques et de leurs matériaux. Un programme d’étude des églises rurales du Limousin pour caractériser l’architecture des monuments conservés afin d’en préciser la datation devrait permettre de revenir sur la genèse du tissu paroissial de la région. Un second objectif est de caractériser l’origine et les transformations des principaux dispositifs architecturaux internes que sont les aménagements liturgiques (autels, ambons, ciboria, clôtures de chœur...). L’enjeu est d’aboutir à une meilleure perception des liens qui unissent la morphologie extérieure et intérieure de l’espace ecclésial, en contexte urbain ou rural, et d’en dégager les modifications sur une longue période.

Un autre aspect des recherches concerne l’architecture militaire médiévale des 10e-13e siècles avec pour objectifs les transformations topographiques et architecturales des sites castraux, leurs relations avec les zones d’habitat et d’activités artisanales, et enfin les liens entre le château et la ville (modes d’accès, tracé de l’enceinte).


Contrats de recherche dans cet axe

Ils travaillent sur cet axe