CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > L’équipe LAT > Valorisation > Ressources, méthodes, outils > Céramique : méthodes, outils, référentiels et corpus

Céramique : méthodes, outils, référentiels et corpus

Ph. Husi

La masse de données céramiques à traiter est si importante que la démarche envisagée pour son étude s’articule entre l’élaboration de référentiels typologiques (céramothèque) d’outils d’enregistrement des données (BaDoC dans ArSol) et de méthodes allant jusqu’à la modélisation statistique de données mobilières volumineuses (CeraR). La méthodologie en usage est le fruit d’une démarche en perpétuelle construction depuis 20 ans, mise en œuvre d’abord à partir du mobilier des fouilles de Tours, adaptée une première fois à l’échelle régionale au travers du PCR sur la céramique médiévale, puis en partie à l’échelle nationale, voire européenne, avec le réseau ICERAMM, enfin à l’étranger dans le cadre d’une collaboration de recherche sur la céramique d’Angkor Thom au Cambodge.

La céramothèque : un référentiel national

L’analyse typologique de la céramique est fondée sur les critères technologiques (pâtes, argile et savoir-faire du potier) et morphologiques (forme des récipients). Ce référentiel est actuellement composé de 450 productions céramiques (groupes techniques) répartis suivant 250 formes de récipients inventoriés dans le Centre-ouest de la France (bassin de la Loire) du 1er au 17e s. Après avoir été amorcé à Tours, il est maintenant réalisé dans le cadre d’un Projet Collectif de Recherche portant sur la période médiévale et moderne et dans un plus vaste espace à partir du réseau ICERAMM et de son site internet. Alors que ce référentiel est achevé (sauf nouvelles données) pour la période médiévale (6e-17e s.), et pour le Centre-Ouest de la France, il est en cours de constitution pour la période gallo-romaine.

Matériellement, ce référentiel est composé d’un répertoire de formes (dessins) et d’un tessonnier de référence localisé à Tours, comprenant un échantillon de tous les groupes techniques (productions) répertoriés. Ces outils sont également accessibles en ligne, via le site ICERAMM (dessins des récipients et photographies des groupes techniques). L’originalité de cet outil, adossé à différents programmes de recherche régionaux, vient de l’importance de la collection qui ne cesse de croître, résultat d’une démarche collective, s’inscrivant dans la longue durée et réalisée dans un espace géographique étendu, nationale, voire européen. En effet, toute production inventoriée sur le site ICERAMM, toutes régionaux confondues, est matériellement représentée dans la céramothèque du LAT. Cette collection, unique en France, est un outil largement utilisé par la communauté scientifique.

CeraR : Céramique archéologique avec R

Ph. Husi et L. Bellanger (LMJL, Université de Nantes, UMR 6629)

Les résultats issus de cette recherche interdisciplinaire, de longue haleine, en archéologie et en statistique, autour de la modélisation des données mobilières, principalement la céramique, impliquent des développements réguliers qui viennent nourrir et compléter la démarche générale. C’est dans ce but que nous avons fait le choix de regrouper ces recherches méthodologiques dans un projet nommé CeraR pour « Céramique archéologique avec R », R étant le logiciel libre de statistique le plus utilisé par la communauté scientifique.

La question du temps, omniprésente en archéologie, passe par le rapport à l’objet et au contexte archéologique. Nous intéressant à la longue durée et à la céramique, nous avons très vite souhaité dépasser l’approche traditionnelle d’une datation, largement fondée sur une démarche empirique, afin de construire un véritable système chronologique (AFC et modèle de régression). Les perspectives sont multiples et interviennent à différents niveaux d’avancement de la réflexion. Elles passent par 1) l’adaptation des modèles datation élaborés pour la ville de Tours et plus largement le Centre-Ouest de la France à d’autres horizons comme Angkor Thom (Cambodge) ; 2) la construction d’autres modèles qui facilite l’interprétation fonctionnelle des contextes archéologiques à partir des assemblages de mobilier qu’ils contiennent ; 3) de nouvelles pistes déjà initiées permettant de mieux prendre en compte l’importance des informations spatiales dans les modèles chronologiques.

PNG - 4.6 ko
Courbe de densité

 

PNG - 8.2 ko
Analyse Factorielle des Correspondances