CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Djiba Aly Simeuh

cost

Djiba Aly Simeuh

Exploitation et utilisation des plantes médicinales par les tradi-praticiens herboristes dans la communauté rurale de Niakhan au Sénégal. Quelles stratégies pour une exploitation durable ?

Thèse commencée en 2004

Direction : Roger Brand

Située dans la Région de Fatick, la Communauté Rurale (C.R) de Niakhar se localise précisément dans le vieux bassin arachidier du Sine à environ 150 km au sud est de Dakar. La C.R de Niakhar est comprise dans le domaine tropical sec soumis à un climat sahélo-soudanien. Elle regroupe 30 villages et couvre une superficie de 203 km2. Sa population est estimée à30.000 habitants avec une densité moyenne de 100 à 120 hab/km2 en 1995 (DELAUNAY, V, 1996).

Dans cette Communauté Rurale sévissent différentes contraintes qui sont d’ordre naturelle et anthropique. Celles ci vont profondément modifier les structures sociales, les modes de production et principalement les écosystèmes.

Le bassin arachidier a très tôt connu une croissance démographique importante et ceci depuis la période coloniale (fin du XIXè et début du XXè siècle) avec l’introduction de la culture de l’arachide. Ce phénomène s’est exacerbé après l’indépendance (de 1960 à nos jours) provoquant ainsi une saturation foncière. A cela, est venue s’ajouter une crise climatique aiguë marquée par des années de sécheresse avec comme corollaires, la baisse des rendements agricoles, la perte du cheptel, la dégradation du parc arboré, l’émigration, la famine, la pauvreté, etc.

Dans cette étude, sera abordée principalement la problématique de la dégradation du parc arboré et précisément des plantes médicinales. Aujourd’hui, ces dernières subissent une forte pression de la part des populations (les guérisseurs et surtout les récolteurs). Ceci s’explique en grande partie par le dysfonctionnement, la désorganisation, l’éloignement, le manque d’efficacité des structures sanitaires dans la C. R et la cherté des médicaments.

Cette thèse a trois objectifs principaux : d’abord la connaissance du potentiel de production, ensuite l’identification des usages, des modes de récole et leur quantification et enfin la proposition d’un ou des modèles de conservation durable des plantes médicinales menacées.

Pour ce faire, différentes méthodes seront utilisées notamment l’analyse bibliographique, la réalisation et le traitement des enquêtes auprès des différents acteurs, l’inventaire des espèces médicinales et enfin l’observation sur le terrain.