CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Shi Yilin

ipape

Shi Yilin

Approche Environnementale de l’Urbanisme, Haute Qualité Environnementale et adaptation des espaces urbains « consolidés ».

Thèse commencée en 2008

Direction : Serge Thibault

Contexte et enjeux scientifiques

Le principe du "développement durable" voit sa consécration lors du deuxième Sommet de la Terre, à Rio de Janeiro en 1992, date à partir de laquelle il commence à être largement médiatisé. Le mode de pensée qui date de la Révolution Industrielle et qui assimile le développement des individus et de la société, principalement à la croissance économique, va être fortement remis en cause au profit d’un modèle plus viable sur le plan environnemental. Visant un développement qui puisse durer, un nouveau modèle va émerger afin d’éviter l’épuisement des ressources naturelles (matières premières, énergies fossiles), la fragmentation et la destruction des écosystèmes, la diminution de la biodiversité, etc.

A mesure que les années se succèdent de nombreux outils vont être conçus pour favoriser la prise en compte du développement durable, (AGENDA 21, AEU, HQE, etc.). Parmi ceux-ci, l’Approche Environnementale de l’Urbanisme (AEU) vise à réduire l’impact des espaces urbains sur notre environnement en favorisant l’éco-urbanisme (consommation énergétique minimale, matériaux écologique, réduction de la pollution sonore et visuelle, etc.). Cette approche est développée en France par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME). Elle concerne : • « L’élaboration de documents d’urbanisme tels que les Schéma de Cohérence Territoriale (Scot) et les Plans Locaux d’Urbanisme (PLU). • La mise en œuvre d’opérations d’aménagement, lotissements, aménagements de ZAC qui peut être adaptée à des projets plus thématiques tels que les Plans de Déplacement Urbains (PDU), Programmes Locaux de l’Habitat (PLH) et Schémas d’Equipement Commercial. ».

L’AEU est une démarche d’assistance à la maîtrise d’ouvrage qui porte sur : • « La Réalisation d’un état des lieux sur les thématiques environnementales (recensement des informations et des connaissances, définition d’axes prioritaires). • L’assistance à la conduite de projet (mise en place de groupes de travail, animation de réunion publique..) afin que les préoccupations environnementales et les enjeux du développement durable soient intégrés tout au long du projet. • L’identification de thématiques ou de problématiques à approfondir (aide à la rédaction de cahier des charges d’études techniques, assistance à l’interprétation des résultats). »

La Haute qualité environnementale ou HQE a d’abord été un socle théorique consensuel avant de devenir une marque déposée en France. La « Haute Qualité Environnementale » vise l’intégration dans le bâti des principes du développement durable tels que définis au Sommet de la terre en juin 1992. En France, il s’est progressivement établi, du début des années 1990 à 1997, entre divers acteurs du bâtiment, de l’environnement et des maîtres d’ouvrages (PUCA, ADEME, CSTB et Association HQE). C’est une démarche qualitative récente et encore perfectible (notamment en y intégrant la biodiversité), qui intègre toutes les activités liées à la conception, la construction, le fonctionnement et la déconstruction d’un bâtiment (logement, bâtiment public, tertiaire ou industriel).

De nos jours, cette démarche est principalement mise en œuvre, non sans quelques difficultés, dans le cadre de projets qui portent sur des espaces qui vont être urbanisés, des espaces qui se situent généralement en périphérie des centres urbains constitués. Pour autant la question environnementale concerne tous les espaces notamment ceux que nous qualifierons de consolidés. Ce sont des espaces dont l’urbanisation est stabilisée, des espaces dont la morphologie et l’architecture ne vont pas subir de profondes mutations dans un proche avenir. Ces réalisations urbaines ont pour la plupart été réalisées à une époque pour laquelle le développement durable n’était pas encore au cœur des préoccupations en matière d’urbanisme. Alors que l’accroissement de l’étalement urbain avec son coût environnemental élevé dû à la consommation d’énergie, à celle d’espaces qui étaient à dominante rurale et naturelle, les espaces urbains consolidés sont également sources de nombreux problèmes liés à l’usage d’énergies non renouvelables, une intensité du transport individuel qui ne diminue guère, de multiples pollutions qui pour certaines s’aggravent. De plus, nous assistons depuis quelques années aux premières modifications climatiques qui, sous nos latitudes, vont conduire à un climat présentant des extrêmes plus marqués, avec des températures plus élevées en été et des précipitations plus intenses en hiver. Cette modification du climat sera d’autant plus sensible que le milieu urbain est densément bâti, favorisant la concentration de divers flux, flux thermiques, flux des eaux de ruissellement, etc., les effets de stockage dus à une artificialisation poussée du milieu tel que l’effet « ilot de chaleurs », etc.

Résumé du projet de recherche

La recherche proposée vise à concevoir les outils et les démarches qui pourront être mobilisés pour favoriser l’aide à la maîtrise d’ouvrage en matière d’approche environnementale de l’urbanisme et Haute Qualité Environnementale portant sur les espaces urbains consolidés.

Pour ces espaces, cette recherche part du constat qu’ils représentent une large part des espaces habités et qu’ils sont appelés à jouer un rôle de plus en plus central en matière de durabilité. Pour ce faire, il convient de mieux définir ce qui pourrait être fait en matière d’adaptation de ces espaces au nouveau contexte climatique et aux multiples impératifs portés par le développement durable. Certes, si des domaines tel que le transport, la réduction de la consommation des énergies fossiles, etc., ont déjà fait l’objet d’investigations nombreuses, nombre de domaines restent encore peu abordés, du moins pas suffisamment développés en matière d’aide à la transformation et à l’adaptation des espaces urbains consolidés. De plus, les approches restent probablement encore sectorielles et il convient d’aborder l’ensemble des problèmes à traiter en prenant en compte l’ensemble des échelles spatiales qui peuvent être mobilisées, de l’ilot à la ville en passant par les niveaux intermédiaires. Et à la différence des projets pour lesquels jusqu’à maintenant l’approche environnementale de l’urbanisme est engagée, les espaces urbains consolidés présentent des contraintes architecturales et urbanistiques qu’il convient d’engager dans la définition de solutions et de leur mise en œuvre.

Cette recherche part du principe que l’on ne peut pas penser un objet sans penser à son processus de conception et à sa réalisation effective. Définir des solutions pour adapter les espaces urbains consolidés au contexte nouveau et aux contraintes portées par le développement durable n’est pas suffisant : leur viabilité repose sur la capacité qu’auront les collectivités territoriales et l’ensemble des acteurs concernés à les mettre effectivement en œuvre.

Pour les espaces urbains consolidés, cette recherche vise donc à définir les domaines pour lesquels l’AEU et HQE pourront être développées, les solutions et leur dimension spatiale, les conditions de leur mise en œuvre effective.

Et en toute première hypothèse, cette recherche s’appuiera sur les quatre points principaux suivants et leurs relations :

• Identification des domaines qui peuvent être possiblement portés par l’AEU ou HQE (production d’énergies renouvelables, recyclage des eaux d’origine pluviale, consommation adaptée de l’eau potable, restructuration de la localisation de fonctions urbaines pour favoriser l’échelle locale et la desserte aux services plus rares par les transports collectifs, adaptation de tout ou partie des espaces publics au nouveau contexte climatiques, adaptation des temporalités urbaines, etc.) • A partir de l’identification de ces domaines, la recherche pourra se focaliser sur tel ou tel sous ensemble de domaines, jugé peu suffisamment développé, mais stratégique. • Identification des solutions qui peuvent être utilisées pour une partie ou la totalité des domaines concernés, ainsi que leur contrainte de mise en œuvre. • Identification des conditions de mise en œuvre concrète de ses solutions, ressources, outils, méthodes et systèmes d’action.

Mots clés

Approche environnementale d’urbanisme (AEU) Développement durable Haute Qualité Environnementale (HQE) Espace « consolidé » Environnement Energie

Résultats attendus

Donner aux acteurs les outils permettant effectivement d’adapter les espaces urbains consolidés aux contraintes portées par le développement durable et le changement climatique.

Destinataires

Les résultats de cette recherche pourront être utilisés par des organismes au titre de l’aide à la maîtrise d’ouvrage : ADEME, Agences d’urbanisme, etc. Ils pourront également être directement utilisés par les collectivités locales et les opérateurs en aménagement.

Plan de travail

Le plan de cette recherche sera structuré à partir de quatre grands ensembles de travail.

• Le premier porte sur l’identification des domaines qui pourront être traités par l’AEU et l’HQE, ainsi que l’identification des solutions. Ce travail inclura un ensemble d’analyses de terrain, sur des agglomérations européennes et autres qui se sont engagées dans cette voie.

• Le deuxième ensemble porte sur l’identification des ressources, des outils, des processus et systèmes d’action qui sont engagés dans l’adaptation des espaces urbains consolidés. De même, ce travail pourra être mené à partir d’un ensemble d’analyses de terrain, sur des agglomérations européennes et autres.

• Le troisième vise à préciser ce qui peut être effectivement traité par cette recherche sur un nombre probablement plus restreint de domaines, par exemple, redéfinition de la localisation des services urbains pour favoriser l’échelle locale et les modes déplacements adaptées, et pour les plus rares, une polycentralité organisée par et à partir de réseaux et mode de transport, économe en énergie.

• Le quatrième vise à valider les résultats de la recherche. Pour ce faire, une simulation de type « jeux urbains » pourra être mise en place avec une plusieurs agglomérations qui en acceptent le principe.

Bibliographie

ADEME‭, ‬Méthode en 100‭ ‬fiches pour une approche environnementale de l’urbanisme‭, ‬AEU‭. ‬Paris‭, ‬Le Moniteur‭, ‬‭ ‬2006‭, ‬353‭ ‬p‭.‬ HETZEL‭, ‬Jean‭. ‬Bâtiments HQE et développement durable‭ ‬–‭ ‬Guide pour les décideurs et les maîtres d’ouvrage‭, ‬La Plaine‭ ‬Saint-Denis‭, ‬AFNOR‭, ‬2007‭, ‬338‭ ‬p‭.‬ Atelier Lucien Kroll‭, ‬Écologies urbaines‭.‬‭ ‬Paris‭, ‬L’Harmattan‭, ‬1996‭, ‬ DA CHUNHA‭, ‬Antonio‭, ‬KNOEPFEL‭, ‬Peter et LERESCHE‭, ‬Jean-Philippe‭.‬‭ ‬Enjeux‭ ‬du développement urbain‭ ‬durable‭ ‬transformations urbaines‭, ‬gestion des ressources et gouvernance‭, ‬Lausanne‭, ‬Presses polytechniques et‭ ‬universitaires romandes‭, ‬2005‭, ‬471‭ ‬P‭.‬ WACKERNAGEL‭, ‬Mathis‭. ‬Notre empreinte‭ ‬écologique ‭ : ‬comment réduire les conséquences de l’activité‭ ‬humaine sur la Terre‭. ‬‭ ‬Montréal‭, ‬Écosociété‭, ‬1999‭, ‬207‭ ‬p‭.‬ Colloque du cru, Écologie urbaine. Paris, Centre de recherche d’urbanisme, 1979, 172 p. ANRU, De nouvelles presperctives pour la rénovation urbaine – Rapport d’évaluation 2006. Paris, La documentation française, 2007, 93 p. GOLDEMBERG, José, B.JOHANSSON, Thomas, K.N.REDDY, Amulya, H.WILLIAMS, Robert. Energie pour un monde vivable. Washington, World Resources Institute, 1987, 197 p. R.BALLAIN, CI.JACQUIER, G.DARRIS, J.Y.BROUDIC, R.GIRARD, A.MOLLET, M.VERVAEKE, Sites urbains en mutation:Territoires et trajectoires. Château-Gontier, L’HARMATTAN, 1990, 206 P. NGÔ, Chistian, Ressources, technologies et environnement. Paris, Dunod, 2004, 150 p. VAN BERGENHENGOUWEN, Jean, Sur la piste de l’empreinte écologique, Poitiers, Orcades, DL 2004, 31p. Service technique de l’urbanisme, Lire et composer l’espace public. Paris, STU, 1991, 79 p. ADEME, (page consultée le 13 Janvier 2008). Pour une meilleure prise en compte de l’environnement dans les opérations d’aménagement. L’AEU en 5 questions. Adresse URL : http://www.apcede.com/environnement... PEUREUX, Carole. (2007) ADEME Centres Orléans recensement des démarches d’urbanisme durable (CD-ROM). Mémoire de stage, Polytechnique de l’université de Tours.