CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Falaki Farinaz

ipape

Falaki Farinaz

Smart-grids, de l’échelle du quartier à celle de la ville : pour une rationalisation des consommations et des productions locales de l’énergie.

Thèse commencée en 2011

Direction : Mindjid Maizia

Les systèmes d’information qui tendent à se coupler aux systèmes énergétiques existants sont réputés bouleverser la donne en termes de rationalisation de la production et de la consommation d’énergie. Il semble que les smart-grids, incarnation de ces systèmes, n’ont actuellement d’intelligence que celle que veut bien leur allouer les acteurs de la distribution et de la production centralisée de l’énergie. Leur logique et leur positionnement dans le marché de l’énergie ne correspond pas forcément à ceux d’acteurs plus locaux (notamment des collectivités territoriales) tentés par la promotion d’une rationalisation à l’échelle territoriale, rationalisation résultant de la maîtrise des dépenses énergétiques du territoire et du déploiement de micro-productions d’énergies renouvelables (et formalisée dans les Plan Climat-Energie). La thèse suppose ainsi qu’il y a opposition entre la logique top-down du grand transport et de la production centralisée des opérateurs d’énergie et celle, bottom-up des acteurs territoriaux, de la maîtrise des consommations et de la production mutualisée du quartier au territoire (en passant par la ville). Cette hypothèse induit que les intelligences des smart-grids, comme les solutions techniques afférentes, devraient également s’opposer ou au moins diverger. En proposant un formalisme de rationalisation de la consommation et de la production locale d’énergie du quartier à la ville reposant sur un modèle de smart-grid, la thèse devrait ainsi mettre en lumière cette opposition et en conséquence valider une telle hypothèse. Avant tout théorique, la thèse tentera d’appliquer les modèles qu’elle développera à au moins trois cas d’étude internationaux afin de tester autant la robustesse des hypothèses que de balayer un éventail le plus large possible de configurations urbaines.