CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Gutel Cecilia

cost

Gutel Cecilia

La difficile question de la couleur de la peau au Brésil : entre perception visuelle et signification sociale.

Thèse commencée en 2011

Direction : Patrick Le Guirriec

Si, d’une manière générale, la couleur de la peau constitue un marqueur d’appartenance non ambiguë en raison de son caractère évident et visible, au Brésil, cette fonction de la couleur est d’un usage difficile en raison de la généralisation des mariages mixtes qui ont entraîné une grande diversité de couleurs. Cependant, contrairement aux discours politiques brésiliens, la population n’a pas le caractère d’homogénéité rêvée et la couleur y est, comme ailleurs, un facteur de discrimination mais sur un mode infiniment plus complexe que ce à quoi nous sommes habitués. C’est d’ailleurs ce qui m’avait amenée, dans les conclusions de mon travail de mémoire, à parler du ""mélange" comme origine". Les représentations sur la couleur et sur les origines doivent être mises en perspective avec l’histoire du peuplement du Brésil riche de vagues successives : indienne, africaine, asiatique, européenne ; populations qui ont servi à divers titres le développement du Brésil : du point de vue économique évidemment mais aussi idéologique quand a été favorisée l’immigration européenne dans le but de "blanchir" la population. Il est certain que ces politiques migratoires ont largement participé à la construction des groupes, à leur positionnement dans le tissu social et aux représentations que tous ces groupes suscitent. Cette réflexion s’inscrit donc dans le cadre d’une réflexion plus globale sur les thématiques universelles de l’intégration et de la ségrégation autour de cette nécessité qu’ont les hommes à classer, à hiérarchiser.