CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Galhardo Jacques

cost

Galhardo Jacques

Effets et usages du patrimoine urbain. Processus de territorialisation et actions publiques dans le quartier de la Mouraria (Lisbonne)

Thèse débutée en 2011, soutenu le 7 mai 2018

Direction : Patrice Melé

Résumé de la thèse :

Cette thèse a pour objet l’analyse des processus de patrimonialisation et des différentes transactions entre un ensemble d’acteurs publics, dans le cadre d’une interventioi municipale qui s’est déroulée entre 2010 et 2014, dans une partie du centre ancien de Lisbonne désigné par « quartier de la Mouraria ». Il s’agit de comprendre comment une action publique patrimoniale trouve dans l’échelle d’un quartier populaire ancien les ressources nécessaires à des arrangements entre les acteurs publics. Mais c’est aussi l’occasion de comprendre comment, dans une « scène publique » traversée par les controverses et les conflits entre ces mêmes acteurs, ces derniers participent simultanément à la construction de formes variées d’engagement et de partenariat autour d’un projet complexe de réhabilitationlrequalification. L’analyse des usages des ressources mémorielles et patrimoniales permet à la fois de comprendre la construction d’une territorialité spécifique et son intégration dans les normes et les stratégies urbaines. La recherche permet aussi de saisir les effets réflexifs de cette forme de territorialisation sur la fabrique de la ville.

Il s’agit donc de saisir les modalités de l’intervention en quartier populaire ancien, les rapports entre patrimoine, territoire et mémoire, les relations entre des formes spécifiques de voisinage et la patrimonialisation des résidents ; et, enfin, la relation entre les différents types d’acteurs concernées par l’intervention dans le quartier. Dans une première partie, la thèse fait le point sur les débats actuels (dans la recherche francophone et lusophone) â propos des principaux termes et champs auxquels le sujet renvoi le quartier, le patrimoine et le territoire. Elle précise les choix effectués par la suite dans la thèse.

La deuxième partie se concentre essentiellement sur l’analyse de l’action publique patrimonial dans un contexte d’évolution des politiques publiques à Lisbonne et au Portugal. La convergence, puis l’articulation des politiques de rénovation du logement, de protection du patrimoine et de prise en charge des problématiques sociales urbaines trouvent dans la territorialisation de la Mouraria un terrain d’expérimentation pour la ville. L’analyse des formes d’actions publiques, des modalités de financements, mais aussi des outils de l’aménagement et de valorisation du territoire (parfois novateurs) met en évidence une articulation importante des différentes politiques publiques municipales au cours du processus de territorialisation. Cette même analyse permet de comprendre — notamment à partir des échelles des financements de l’action publique — l’intégration du quartier dans l’ensemble des stratégies urbaines. C’est dans cette perspective, que la thèse ouvre une importante fenêtre sur le rôle du logement et du marché immobilier dans la construction et la structuration de l’action publique locale.

La troisième partie se focalise sur les acteurs et leurs arguments dans l’espace public. Il s’agit de suivre et d’analyser la construction des partenariats, mais aussi l’émergence de conflits ou de controverses sur les questions mémorielles et patrimoniales, entre les acteurs publics. L’essentiel de cette analyse repose sur un ensemble d’entretiens menés entre 2010 et 2015 avec les acteurs publics locaux et les documents qui portent leurs arguments. Elle repose aussi sur les nombreuses images produites et placés dans le quartier ou sur les sites Internet par les acteurs. Il est alors possible de suivre la construction d’un partenariat, son évolution, les résistances auxquelles il est confronté et les effets réflexifs pour les acteurs publics.

L’intérêt des deuxièmes et troisièmes parties est de proposer une réflexion qui articule le temps (de l’intervention) et le territoire (objet de l’intervention). La dernière partie n’a pas la même perspective, puisqu’elle est dédiée aux effets de la politique publique patrimoniale sur les acteurs et sur le territoire. C’est à proprement parlé la partie dédiée à la question de la teaitodalisation et à la construction d’un quartier historique ancien par l’action des partenaires. Cette partie fait deux propositions : la première (au début) cherche à expliquer la relation des résidents avec le patrimoine par une approche différente (celle construite en référence à la notion de « Dasein » chez Martin Heidegger). Celle-ci permet de mieux comprendre les enjeux des usages mémoriels par les acteurs publics, et les conditions de la mise en patrimoine des résidents. La deuxième (à la fin) propose une série de cartes de synthèse sur le résultat de l’intervention municipale et l’analyse du discours des résidents à partir des descriptifs des fiches de locations de leurs biens immobiliers et des entretiens par photo-elicitation. La thèse peut enfin montrer que l’intervention municipale a réveillé les fragmentations profondes et anciennes tout en les intégrant dans une territorialité qui contribue à la diffusion de la Marco Lishoa.