CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > L’équipe CoST > Présentation

Présentation

Présentation du projet de l’équipe Construction sociale et politique des espaces, des normes et des trajectoires (Cost) Contrat 2018-2023

Au regard de l’évolution de la composition de l’équipe (renouvellement et augmentation du nombre de chercheurs sociologues) et de celle des thématiques travaillées au cours du précédent contrat, le projet de l’équipe Construction sociale et politique des espaces, des normes et des trajectoires (Cost) entend privilégier le regard sociologique et anthropologique, tout en maintenant actif le débat entre les différentes sciences sociales représentées au sein de l’équipe, la géographie notamment, et s’articule autour de deux grands questionnements, liés l’un à l’autre : « les transformations de l’espace du politique », celles « des normes encadrant les pratiques sociales ».

Le projet de l’équipe se structure autour de trois termes : espace, politique, normes [1].

Le terme d’espace est préféré à celui de territoire, au cœur du précédent projet (sans pour autant l’exclure). Il marque la volonté de travailler sur la spatialité du social, qui n’est pas nécessairement territoriale, et d’en faire un objectif commun à différents projets de recherche, relatifs par exemple à la structuration et aux transformations des espaces populaires, à la re-spatialisation des relations de travail au travers d’Internet, à la mémoire des migrations. L’intention est d’envisager l’espace non pas comme un support neutre, le cadre inerte des appartenances sociales, mais comme une production, un enjeu de luttes et de mobilisations au travers duquel des identités collectives se (re)définissent, un agencement socialement structuré et structurant mais aussi une ressource que les individus/les groupes s’approprient diversement pour agir.

Le questionnement sur le politique et sur les politiques intéresse désormais l’ensemble de l’équipe [2] . La diffusion de l’intérêt pour ce champ thématique s’accompagne d’un changement de point de vue. La réflexion sera moins centrée sur l’action publique, davantage sur la redéfinition du champ politique et des activités ainsi désignées, et sur les formes intrinsèquement politiques du lien social. Elle s’intéressera aux rapports de pouvoir et aux conflits qui redéfinissent les contours de la sphère politique ; aux pratiques d’engagement dans l’espace public (des mouvements sociaux aux formes moins visibles d’action collective), qui peuvent aussi s’effectuer dans et par le travail, lorsque l’engagement politique devient travail ou inversement ; aux usages du droit et à la production de règles « informelles » ou relevant de l’illégalisme ; aux savoirs professionnels ou citoyens engagés dans la construction et la mise en œuvre des politiques publiques.

Le concept de norme sociale englobe et relie plusieurs questions de recherche déjà travaillées lors du précédent contrat quadriennal mais qui s’affinent et s’affirment. L’équipe s’intéressera à des prescriptions normatives qui résultent de l’action politique (montée en puissance de normes gestionnaires dans les organisations publiques ; normes de socialisation scolaires imposées par les politiques nationales et les institutions internationales…) et à leurs effets, mais pas seulement. L’attention sera principalement portée sur les mises en cause, les frictions, les résistances dont un certain nombre de prescriptions normatives, de règles instituées font l’objet. Il s’agira de comprendre comment se transforment les univers de pratiques qui caractérisent les groupes sociaux, notamment les classes populaires et certains groupes professionnels ; comment se redéfinit le rapport au politique et au travail, en marge des cadres institués ou contre eux ; comment se restructurent les temporalités, les trajectoires sociales, socioprofessionnelles, socio-résidentielles et leurs moments charnières ; comment sont discutés, disputés les modes d’usage et de production légitimes de l’espace.

Les réflexions sur l’articulation entre rapport à l’espace, au/x politique/s, aux normes seront développées selon des points de vue différents au sein de quatre axes : « formes d’engagement dans l’espace public » ; « normes, socialisation et trajectoires » ; « nouvelles frontières du travail et politiques publiques » ; « pratiques et politiques de l’espace ». Ceux-ci s’organisent autour de questionnements et d’opérations de recherche communs : travaux de recherche ; manifestations scientifiques ; participation à des réseaux… Ces axes ne constituent pas des sous-équipes fermées mais contribuent à un projet scientifique à quatre entrées.

Comme lors du précédent contrat quadriennal, le séminaire de l’équipe concernera l’ensemble des axes et se réunira à intervalles réguliers. L’équipe sera coordonnée par un bureau, composé des animatrices et animateurs d’axes (deux par axe) et du/de la responsable de l’équipe. Les séminaires et journées d’étude constitueront un élément important de la formation des étudiants inscrits en doctorat et en master.

- Présentation des 4 axes