CITERES


Partenaires

Logo CNRS
Logo Université François Rabelais




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

logo MSH Val de Loire
logo INRAP

Accueil du site > Doctorants > Herrault Hadrien

IPAPE

Herrault Hadrien

Savoirs théoriques et genèse des prescriptions en aménagement-urbanisme. L’invention de « l’espace partagé » en Irlande du Nord.

par Muriel - 21 octobre 2015

Thèse débutée en 2015, soutenance prévue le 25 mars 2020

Direction : Christophe Demazière en co direction avec Nathalie Brevet

Financement : doctorant

Résumé :

Cette thèse propose d’étudier les usages des savoirs théoriques dans la genèse des prescriptions publiques en aménagement-urbanisme. En utilisant les outils conceptuels de Pierre Bourdieu, nous défendons la proposition suivante : les agents et les institutions, en aménagement-urbanisme, privilégient les savoirs les plus à même de maintenir un rapport de forces en leur faveur. Les savoirs théoriques sont mobilisés dans des stratégies discursives, venant justifier des positionnements politiques, rarement déterminés par l’état des savoirs disponibles, mais davantage par des intérêts économiques, sociaux et symboliques. Pour le montrer, nous partons d’une enquête menée en Irlande du Nord sur les politiques de réconciliation développées depuis les Accords de paix de 1998. Notre enquête met en lumière les conditions qui amènent la formation d’une alliance entre des chercheurs et des institutions locales, autour d’un même cadre d’actions réduisant les conflits au « problème » de la ségrégation ethnique. Pour promouvoir la création « d’espaces partagés », les institutions locales s’appuient sur des savoirs théoriques de psychologie sociale (au premier rang desquels la théorie du contact) prescrivant l’augmentation des contacts entre les groupes opposés durant les conflits. Elles proposent un nouveau modèle urbain : les quartiers doivent être mixtes en matière résidentielle de sorte que la mise en « contact » des groupes ethniques se fasse au quotidien. Cette thèse retrace les étapes qui ont amené à considérer ce modèle, centré sur une transformation au niveau des comportements individuels, comme légitime. Elle montre comment des chercheurs et des institutions locales, disposant d’intérêts qui varient en fonction des champs dans lesquels ils évoluent, ont imposé ce modèle, tout en occultant d’autres modèles théoriques, notamment ceux préconisant de lutter contre les inégalités et les discriminations pour promouvoir la réconciliation.